Lauréats de la 5ème édition du Prix Philippe Chaffanjon

06 Juin 2018

Sibyle Veil, Présidente-directrice générale de Radio France, Camille Chaffanjon, Présidente du fonds de dotation Philippe Chaffanjon et Florence Aubenas, Présidente du jury, remettent aujourd’hui à la Maison de la radio le Prix Philippe Chaffanjon 2018 aux lauréats français et haïtien désignés par le jury. Depuis 5 ans, ce prix récompense des reportages audacieux et singuliers, publiés sur des sites de presse. Il comporte une catégorie française et une catégorie haïtienne, pays dans lequel Philippe Chaffanjon s’était particulièrement impliqué.

« Les reportages que nous recevons permettent, d’année en année, d’ouvrir des fenêtres sur le monde. Sur le fond comme sur la forme, ce prix promeut une information originale et novatrice », explique Florence Aubenas, présidente du Jury.

 

Sur une cinquantaine de candidatures, le jury a primé :

- Prix du reportage français : « Si je reviens un jour » - Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky – réalisé par Stéphanie Trouillard et publié sur le site de France 24 en mars 2017.

Le jury a salué une impressionnante enquête basée sur la découverte au lycée Jean-de-La-Fontaine à Paris de lettres d’une élève juive à sa professeure, écrites juste avant la déportation de la jeune fille et de sa famille à Auschwitz le 22 janvier 1944. Appuyé sur un reportage entre Paris et Jérusalem à la recherche des témoins, cette correspondance très personnelle permet de retracer aussi une page d’histoire.

 

- Prix du reportage haïtien : « Haïti : Cri des oubliés de l’enfer carcéral », réalisé par Davidson Saint Fort, Sheilla Louis Joseph et Peterson Chery et publié sur le site de Radio Télévision Caraïbes. Le jury a récompensé un reportage engagé et courageux, en plongée dans le plus grand centre carcéral du pays. En 2017, plus de 4200 personnes sont incarcérées au pénitencier national de Port-au-Prince, pour une capacité d’accueil de 800 personnes. Chaque prisonnier dispose de moins d’un mètre carré et seul 9% d’entre eux connaissent la durée de leur peine. À travers des correspondances clandestines - écrites ou enregistrées - c’est la voix des détenus eux-mêmes qu’on entend raconter la vie quotidienne, « dans une situation infrahumaine », disent-ils. Des organismes de défense des droits humains ne cessent d’alerter la société et la communauté internationale, mais le sujet reste tabou et les autorités haïtiennes ne semblent toujours pas décidées à l’affronter concrètement.

 

Les deux reportages sont à retrouver sur le site du Prix Philippe Chaffanjon.

 
Les reportages pour le Prix 2019 peuvent être envoyés entre le 15 septembre et le 15 décembre 2018.
Il ne comporte aucune limite d’âge pour les candidats, mais les travaux doivent impérativement avoir été publiés sur support numérique.

 

Le jury de cette quatrième édition Prix Philippe Chaffanjon, présidé par Florence Aubenas, réunit des journalistes et personnalités des médias de premier plan: Matthieu Aron (L’Obs), Florence Aubenas (Le Monde), Alexandre Brachet (UPIAN), Charlotte Chaffanjon, Jacques Expert (RTL), Guillemette Faure (Le Monde), Olivier Geay (RTL), Yves Harté (Sud-Ouest), Pierre Haski (Rue89), Isabelle Labeyrie (France Info), Franck Moulin (BFM), Patrick de Saint-Exupery (Les Arènes), Fanny Stenneler (France 2).