Patrimoine

La volonté de respecter le travail d'Henri Bernard 

Bâtiment emblématique des Trente glorieuses, la Maison de la Radio est monumentale à plus d’un titre.

maison de la radio, par RF

 

Histoire de la Maison de Radio France

L’originalité, du point de vue de la réalisation, tient d’une part à ses dimensions et à sa forme particulière, d’autre part à l’utilisation de techniques innovantes pour l’époque. L’exiguïté relative du terrain a conduit Henry Bernard à opter pour un plan « compact », soit 500 000m3 de volume total sur 36000m² de terrain. Sans pour autant perdre de vu l’aspect esthétique de l’ensemble.

A bâtiment exceptionnel, matériau exceptionnel. «L’aluminium, utilisé pour les panneaux de façade, était vraiment le matériau moderne de l’après-guerre, encore très peu utilisé». explique François de Mazières, Président de la Cité de l'architecture et du patrimoine. D’un point de vue esthétique et pratique, cette façade reste un très bel exemple d’utilisation de l’aluminium en architecture.

La forme du bâtiment, qui lui vaut encore aujourd’hui le surnom de Maison Ronde, est exceptionnelle, dans une période encore portée sur l’angle droit. «On a volontairement recherché la simplicité des volumes afin de donner la plus grande intensité d’effet» expliquait Henry Bernard. Pari réussi ! Selon François de Mazières, cette forme circulaire était même «annonciatrice du style pop en architecture et en design».

Mais au-delà même de la dimension architecturale, la Maison de la Radio est l’emblème de toute une époque et de tout un état d’esprit. «Par sa modernité, et par la modernité de la radio, ce bâtiment est un symbole national» développe François de Mazières. «Un symbole de prestige dans une France qui se relève de la seconde guerre mondiale, et qui veut démontrer sur la scène internationale qu’elle est une grande nation, une nation bâtisseuse». Une nation moderne également, qui souhaite passer à l’échelle supérieure en construisant ce véritable centre de la radio, destiné à réunir dans un seul lieu : production, montage et diffusion de programmes (Journalistes et administratifs étaient jusqu’alors dispersés dans une vingtaine d’immeubles différents).

Architecture audacieuse, rôle politique stratégique et longévité remarquable, à tout point de vue, la Maison de la Radio est devenu un bâtiment emblématique de la France et de l’histoire du XXème siècle.