• Fréquences
  • Accès
  • Contact

La personnalité du mois : Florence Jeux

Florence Jeux, directrice du Bataclan
Florence Jeux, directrice du Bataclan - capture d'écran aux Biennales internationales du spectacles à Nantes - 2020

Trois questions à Florence Jeux, directrice du Bataclan

Une femme de terrain, amoureuse des artistes et de leur développement artistique. On l’a connu à la direction artistique des Francofolies, elle a été aussi éditrice et rejoint la salle mythique parisienne, encore convalescente après la tragédie des attentats de novembre 2015.

Elle décide de poursuivre sa mission de diffusion de concerts mais elle élargit le spectre de la salle à la création protéiforme. La danse revient en force au Bataclan, la boxe, le street art. Et même l’enregistrement de podcasts originaux.

Le Bataclan retrouve sa radio de cœur cet été grâce à l’initiative de Jocelyn Perrotin, directeur de la musique de France Inter. Solidarité aux salles fermées et blessées, soutien à la scène française. Le mois d’août sera pour la première radio de France l’occasion aussi de rappeler que dans cette crise sanitaire ce sont d’abord les jeunes artistes qui sont impactés.

 

 

3 questions à Florence Jeux par Didier Varrod pour connaitre son état d’esprit dans cet été 2020 si particulier

 

Quel sentiment avez-vous éprouvé en accueillant dans un bataclan vide et en pleine journée cette nouvelle scène française parrainée par France Inter ?

Lorsque nous sommes dans une exploitation « normale »- avec un concert le soir - nous avons l’habitude lors des balances l’après-midi d’avoir les artistes qui répètent et jouent dans la salle vide, donc ce côté-là ne m’a pas fait bizarre.

En revanche après 4 mois de fermeture nous étions tous excités à l’idée de se remettre en route et d’entendre le Bataclan résonner à nouveau.
J’ai senti une impatience et un vrai plaisir des artistes de jouer à nouveau et reprendre le chemin des salles de concerts avec leurs équipes.
Cela nous manque à tous.
Le fait que ce retour soit porté par la nouvelle scène française et par des artistes qui ont été coupé dans leur dynamique de développement fut d’autant plus fort et nous a donné une véritable bouffée d’énergie et un élan d’espoir sur l’avenir.

 

Comment jugez-vous cette génération ?

Cette génération m’impressionne. Elle est forte, déterminée et consciente. Elle s’assume telle qu’elle est, dans toute sa diversité et cela commence à faire bouger les choses notamment sur les questions de discrimination et d’écologie.

Concernant les artistes, je pense que c’est difficile aujourd’hui de mener une carrière et de toucher le grand public. l’industrie de la musique s’est endurcie, surtout pour nos artistes francophones qui ne font pas de musique urbaine et les médias consacrent de moins en moins de place aux nouveautés musicales et à la culture.
Pourtant nous avons une génération d’artistes qui a grandi avec internet, l’ouverture des frontières et les voyages. Ils se sont nourris non seulement de toutes les musiques du monde mais également de toutes les cultures du monde et utilisent aujourd’hui cette matière de manière innée dans leur création ce qui donne une pop métissée riche et fédératrice, tout en assumant et défendant la langue française.
Cela donne aussi des artistes, très ouverts sur l’art et la création en général qui n’hésitent pas à mener plusieurs carrières de front : d’auteur-compositeur mais aussi de comédien, de photographe, de réalisateur, de peintre, de danseur, d'écrivain... ils décloisonnent la création !
Je pense également que cette génération sera plus résiliente. Avec l’actualité de ces dernières années, ils doivent s’adapter, apprendre à rebondir en permanence.

 

Quel avenir pour le Bataclan après la tragédie des attentats et la crise de la COVID. Quels sont tes projets structurants pour la salle dans les mois qui viennent ?

Le projet du Bataclan, que nous mettons en place depuis presque 2 ans maintenant, nous l’avons justement imaginé à l’image de cette génération d’artistes résilients, pluridisciplinaires, favorisant le dialogue et la création à la fois ancrés dans un quartier, une ville et ouvert à l’international. Nous allons donc continuer dans cette dynamique.

Ces derniers mois nous avons ouverts le Bataclan à de nouvelles disciplines, la danse, les podcast live, les conférences, le sport avec des matchs de boxe tout en laissant une place aux résidences d’artiste qui leur permettent de venir créer.

A la rentrée nous allons accueillir nos premiers concerts de musique classique en partenariat avec l’Orchestre de Chambre de Paris.

Nous réfléchissons à plusieurs formes de festivals également. J’ai envie d’ancrer le Bataclan plus dans son quartier et dans la ville ; que cela devienne un lieu de vie et qu’il soit vecteur et source de dialogue. Nous avons plusieurs projets en cours avec des associations de quartier.

Tout cela cohabitant avec la programmation habituelle de tête d’affiche qui est très internationale.

Radio France soutient la scène française
Radio France soutient la scène française

Radio France tout au long de l’année accompagne la vitalité de la scène et de la production française. Dans l’inévitable crise économique à venir plus que jamais, nous revendiquons notre rôle de soutien et notre capacité à inventer tous les jours de nouveaux dispositifs pour faire vivre cette belle exception culturelle française