Publicité

À Rennes, les rythmes mutants secouent les Trans

Par
Jojo Abot le 08 décembre aux Trans Musicales de Rennes.
Jojo Abot le 08 décembre aux Trans Musicales de Rennes.
© Radio France - Ghislain Chantepie

Pour sa première soirée grand format, le festival rennais a pu miser sur la fougue et l’audace de Jojo Abot, Meule, Astéréotypie ou encore Agoria.

Sortez les moufles. À Rennes ce jeudi soir, c’est un froid quasi-polaire qui a cueilli les milliers de festivaliers à la descente de la sacro-sainte navette reliant le centre-ville au Parc des expositions situé à une dizaine de kilomètres de là. Un thermomètre au plus bas pour cette première soirée en forme de tour de chauffe assumé, les vastes halls qui forment l’écrin principal des Trans Musicales demeurant une nouvelle fois clairsemés ce jeudi.

Mot d’ordre revendiqué de cette nouvelle édition, le « patchwork » préside plus encore cette année à la programmation de ce grand barouf hivernal des musiques actuelles. Pas loin de 80 groupes de tous horizons sont ainsi attendus à Rennes le temps d’un gros week-end, provenant d’une trentaine de pays différents avec un bon quart de formations hexagonales représentées.

Publicité

Le trio Meule était de celles-là, marquant des points au petit Hall 03 grâce à leur math-rock mutant. Les trois Tourangeaux ont ainsi fait le plein avec leur double-batterie et d’impressionnants synthés modulaires trafiqués tout droit sortis du siècle dernier. Un boucan fiévreux martelé tel un groove-kraut névrosé, et où les deux batteurs semblaient comme programmés en live par leur comparse aux allures parfois de savant fou. Il ne fallait d’ailleurs pas rater le bouquet final du concert, lorsque ce dernier a surgi au-devant de la scène pour faire parler sa guitare en plexiglas dans un final de flashs aveuglants. La relève de Battles semble assurée.

Astéréotypie aux Trans Musicales de Rennes le 08 décembre 2022.
Astéréotypie aux Trans Musicales de Rennes le 08 décembre 2022.
© Radio France - Ghislain Chantepie

Plus tard au même endroit, ce sont les ovnis d’Astéréotypie qui faisaient leur entrée sur scène sous les encouragements et les vivats. Ce collectif musical composé de cinq jeunes chanteurs autistes et de musiciens du groupe Moriarty a embrasé la salle de ses poésies punk et noise surréalistes. Une géniale leçon de rock et de dignité en forme d’aventure humaine de la part de cette petite troupe on ne peut plus attachante.

Tandis que les deux Rennais de Courtoisie trituraient dans la Green Room des archives sonores de Gilles Deleuze, c’est la Ghanéenne Jojo Abot qui attirait tous les regards à quelques mètres de là sur la vaste scène du Hall 08. Cette chanteuse queer distille en live une formule afro-futuriste mêlant le meilleur du groove américain avec des arrangements électroniques et des rythmiques tribales on ne peut plus frappantes. Sur scène, cette artiste totale s’est ainsi faite flamboyante, effeuillant progressivement sa toilette tandis qu’elle jouait des baguettes et du micro avec fougue sur des compositions de plus en plus percutantes.

Agoria au coeur de sa blockchain le 08 décembre 2022 aux Trans Musicales de Rennes.
Agoria au coeur de sa blockchain le 08 décembre 2022 aux Trans Musicales de Rennes.
© Radio France - Ghislain Chantepie

Un peu plus tard au même endroit, c’est l’une des seules véritables têtes d’affiche de ces Trans Musicales qui dévoilait sa toute nouvelle création. De retour à Rennes onze années après son dernier passage, le Lyonnais Agoria venait ainsi proposer une nouvelle forme de concert au public massé devant son étrange installation. Masqué derrière une sorte d’aquarium en textile sur lequel y était projeté des instructions cyberpunk, cet apôtre de la blockchain invitait ainsi les spectateurs à se connecter à un réseau wi-fi dédié pour interagir sur le déroulé du show et replacer ainsi le public au cœur du spectacle technologique. Un écho audacieux au déluge numérique de Yann Tiersen proposé là aussi sous forme de création au même endroit un an plus tôt, et qui aiguise de nouveau les possibles d’un live électronique décentralisé.

Spéciales FIP
1h 58