Publicité

Alex Izenberg invite Paul McCartney sur "Ivory"

Par
Alex Izenberg
Alex Izenberg
- Giraffe Studios

Le mystérieux songwriter pop de Los Angeles invite l'ex-Beatles sur le clip du troisième titre de son nouvel album "I’m Not Here".

Sous des faux airs désabusés, Alex Izenberg excelle dans l'art du songwriting et de la composition de ballades pop baroque aux arrangements souvent ambitieux. Assumant son diagnostic de schizophrénie paranoïde l'auteur nous conte sa perception du monde et ses états d'âme en fonction de l'instant présent. « Toute ma musique est une réponse défensive à mon environnement qui est en constante mutation comme mes pensées » explique le Californien. Une écriture subtile que l'on percevait déjà sur ses deux premiers albums Harlequin en 2016 et Caravan Château en 2020.

Bouleversé par le décès de son chien et meilleur ami Larks, nommé d'après Larks' Tongues in Aspic, l'album de King Crimson, le chanteur s'est réfugié dans son imaginaire, trouvant la paix dans la réalisation de sa nouvelle œuvre I’m Not Here, enregistrée aux Tropico Studios et attendue le 20 mai via Weird World, division de Domino Records.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Après le titre rétro-pop Sorrows Blue Tapestry et l'optimiste Egyptian Cadillac, Alex Izenberg s'associe au grand Sir Paul McCartney pour le clip de son nouveau single Ivory. Une chanson anti-amour empreinte de l'atmosphère des seventies qui plane sur ce nouvel album et à propos de laquelle l'auteur explique : « Je ne sais pas si c'est plus une histoire ou moi essayant de raconter une histoire, parce que je ne me considère pas comme un conteur comme Bob Dylan ou Leonard Cohen, mais je suppose que c’est ce que j’ai tenté de faire. On peut la ressentir de différentes manières, selon l'humeur du moment, mais je pense qu'on peut l'interpréter comme un couple chic qui sort et qui n'est pas vraiment amoureux mais qui reste ensemble ».

Toujours complexe, il rajoute « Et puis "real love will stone you" à la fin du refrain peut être vu comme le moment où ils réalisent qu'ils ne sont pas amoureux. J'avais envie d'une ambiance à la "Best of My Love" des Eagles. Je pense que cette chanson parle du chanteur qui est désespérément amoureux de quelqu'un et qui clame tout son amour à cette personne. Les paroles ne sont pas tout à fait les mêmes, mais c'est l'ambiance que je recherchais ».

En écoute : Jim Jarmusch filme Cat Power sur "A Pair Of Brown Eyes"

En écoute : Les vapeurs rétro-pop psychédéliques de Motel Club

À réécouter : La pop duvetée de November Ultra