Publicité

Andrew Bird dévoile le clip surréaliste "Atomized"

Par
Andrew Bird - Photo Matthew Daniel Siskin
Andrew Bird - Photo Matthew Daniel Siskin
- Matthew Daniel Siskin

Le violoniste et songwriter folk se met en scène dans un clip en Clair-obscur, citant l'essayiste Joan Didion et son observation de l'effondrement de nos sociétés.

Des sessions acoustiques improvisées dans son salon Bird’s Live from the Great Room, un album avec son mentor Jimbo Mathus, These 13, un disque de Noël, le multi-instrumentiste surdoué Andrew Bird ne s'arrête jamais, contemplant notre monde de sa poésie folk pop orchestrale et militante.

Avant de ravir les festivaliers européens cet été, le chanteur d'Illinois dévoile un nouveau titre, Atomized, inspiré par les mots de l'essayiste, romancière et scénariste californienne Joan Didion. A la fin des années 60, en pleine contre culture, l'auteure y observait la fragmentation sociétale, une analyse qu'Andrew Bird reprend ici à son compte: « Cette chanson emmène Joan Didion dans le présent pixélisé où ce n'est pas seulement la société qui est atomisée, mais le soi qui est brisé et dispersé ».

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un nouveau titre enregistré dans des conditions live avec le bassiste Alan Hampton, le batteur Abe Rounds et le guitariste-producteur Mike Viola. Sur une rythmique au groove hypnotique et des choeurs graves, Andrew Bird pince les cordes de son violon et déclame avec détachement sa vision de l'atomisation de la société et de soi. Un conte folk illustré par Matthew Daniel Siskin dans une vidéo où l'on suit l'artiste au centre d'un monde surréaliste, pourchassé par une version de lui-même, étudiant son ombre et vascillant quand son esprit et son corps commencent à fonctionner séparément.

Andrew Bird est en concert :
le 10 juillet à la Philharmonie de Paris dans le cadre du festival Days Off
le 12 juillet à Lyon dans le cadre du festival Les Nuits de Fourvières