Publicité

Avec "Archive Material", Silverbacks affine son élixir rock détonant

Par
Silverbacks / Photo Róisín Murphy O'Sullivan
Silverbacks / Photo Róisín Murphy O'Sullivan
- Róisín Murphy O'Sullivan

Le quintette dublinois signe son deuxième album, une œuvre tonitruante et sardonique aux multiples influences rock.

Issu de la scène underground de Dublin qui a aussi engendré Idles, Fontaines D.C ou The Murder Capital, le combo Silverbacks sortait au cœur de l'été dernier un premier album euphorique, Fad, véritable vent de fraicheur rock venant réveiller nos cerveaux endormis par la pandémie. Un an après le quintet des frères Daniel et Kilian O'Kelly poursuit ses folles aventures mêlant astucieusement les influences post-punk, art-rock et garage-slacker sur les 12 titres de son nouveau projet Archive Material produit par Daniel Fox.

Dans ce nouveau cocktail d'influences rock américaines aussi foutraque que parfaitement orchestré, le groupe imbrique les rythmiques détonantes et les mélodies complexes. L'album est une explosion de créativité furieuse et festive en forme de comédie musicale pop menée par Daniel et Kilian O'Kelly (au chant et à la guitare), la bassiste et chanteuse Emma Hanlon, le batteur Gary Wickham et le guitariste Peadar Kearney.

Publicité

Le quintette reproduit l'énergie irrépressible de ses concerts par le biais d'arrangements recherchés incorporant tout, des Rhodes mélancoliques (Carshade) aux congas et à la basse de style Gang Of Four (Different Kind Of Holiday). Inspiré par la crise actuelle, l'album est une série de portraits et de sentiments, un témoignage de la résilience humaine clamées dans un style lyrique sardonique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À lire aussi : « Thrown », le punch intact de Bodega

À lire aussi : Eels signe un retour décapant avec « Extreme Witchcraft »

À lire aussi : Du smile et des lézards pour Aldous Harding