Publicité

Avec "F Maj Pixie" GoGo Penguin repousse son jazz vers l'infini

Par
GoGo Penguin © Jon Shard
GoGo Penguin © Jon Shard

Le trio jazz mancunien dévoile un troisième titre obsédant de son album "GoGo Penguin" attendu le 5 juin sur le label Blue Note.

Quartet devenu trio en 2013, GoGo Penguin continue depuis d'explorer l'univers sans fin de ce jazz moderne aux mélodies et aux rythmiques entêtantes forgées à partir de logiciels avant de devenir acoustique. Une musique libre où l'improvisation jazz du trio suédois EST côtoie la musique minimaliste de Steve Reich ou John Cage et les folles aventures électros d'Aphex Twin ou Roni Size. Deux ans après A Humdrum Star, le pianiste Chris Illingworth, le batteur Rob Turner et le bassiste Nick Blacka s'apprêtent à sortir un album homonyme dont est extrait ce nouveau titre F Maj Pixie présenté dans une version live.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour ce cinquième album, le trio mancunien a cherché, expérimenté pendant six mois pour dépasser les limites musicales de son univers musical inventif. Le titre F Maj Pixie est la parfaite illustration de ce long processus de composition collective. Rob Turner a travaillé sur Ableton, logiciel de création musicale utilisé par de nombreux producteurs de musique électronique et sur une idée du pianiste, le titre a été déformé et étiré jusqu'à obtenir ce titre acoustique aux sonorités obsédante, qui semble repousser vers l'infini son incroyable pouvoir d'exaltation.

Publicité

On a ensuite appris à jouer cette version, simplement en acoustique, que l’on a optimisée avec quelques effets. Utiliser des logiciels de cette manière nous permet d’explorer des idées qui seraient irréalisables autrement ; mais nous cherchons toujours, in fine, à jouer le tout le plus organiquement possible, sur nos instruments. (Rob Turner)

2h 03