Publicité

Battles martèle son retour avec un titre diabolique

Par
John Stanier + Ian Williams = Battles | Warp records
John Stanier + Ian Williams = Battles | Warp records

Le combo math-rock annonce un nouvel album et dévoile « Titanium 2 », une ode enragée à Big Apple.

Et s'il n'en reste qu'un, ce serait celui-là. Car on serait bien tenté de croire qu’un jour ou l’autre, Battles se confondra totalement avec son seul batteur John Stanier. Devenu de facto leader du combo expérimental après le départ de l’insaisissable Tyondai Braxton dès 2010, cet immense musicien s'est érigé au fil du temps comme l’âme pensante de ce groupe génial, gardien d’un temple math-rock où les explorations soniques et visuelles y naissent aussi tortueuses que fascinantes. 

Tant pis alors si, une nouvelle fois, Battles s’est effeuillé l’an dernier avec le départ de son bassiste historique Dave Konopka, l’un des artisans de l’excellent La Di Da Di publié en 2015. Réduite aujourd’hui aux baguettes mastoc de Stanier et aux claviers possédés du fidèle Ian Williams, la formation new-yorkaise vient ainsi d’annoncer la sortie de Juice B Crypts pour le mois d’octobre, un quatrième album inespéré et attendu une nouvelle fois chez les Anglais du label Warp.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En guise de prélude furibard à ce nouveau disque, le duo a mis en ligne un premier extrait excitant au possible. Sous forme d’ode enragée à New York City, les deux musiciens rendent hommage à leur ville natale avec ce Titanium 2, une secousse névrosée où peaux victimisées et synthés modulaires trafiqués fusionnent dans un boucan fiévreux. Surtout, s’y invite au micro l’ex Liquid Liquid Sal Principato tel un ricochet à la scène no wave de Big Apple, et alors même que l’ombre lointaine des Talking Heads semble également planer sur ce morceau. 

À lire : Mike Patton renoue avec Mr. Bungle

À lire : Bodega se paie le capitalisme dans son nouveau clip