Publicité

"Canção da Cura", la poésie feutrée de Sessa

Par
Sergio Sayeg alias Sessa
Sergio Sayeg alias Sessa
- Helena Wolfensen

Le multi-instrumentiste de São Paulo dévoile un nouveau titre de son deuxième album "Estrela Acesa", une ode spirituelle au pouvoir guérisseur de la musique orchestrée avec élégance.

Né dans la communauté juive séfarade de São Paulo, Sergio Sayeg alias Sessa dit « avoir commencé son éducation musicale à la synagogue avec les chants, les rituels, les mélodies » avant de tomber plus tard amoureux du garage rock et de la soul de la Nouvelle Orléans. Installé à New York il écoute Jimi Hendrix, MC5, the Stooges, Black Sabbath mais se languit du riche patrimoine musical de chez lui rêvant de Bossa Nova, de Tropicália ou de Música Popular Brasileira (MPB). Il se passionne aussi pour les sonorités et la spiritualité du free jazz et fonde le groupe Música de Selvagem.

Toutes ses influences émergent de façons ponctuelles dans sa musique même si le multi-instrumentiste a choisi le minimalisme et la douceur folk pour partager sa poésie cathartique sur son deuxième album Estrela Acesa attendu le 24 juin sur le label Mexican Summer.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sorti en 2019, son premier album Grandeza explorait les plaisirs corporels et la douce ivresse d’être amoureux. Trois ans plus tard la pandémie et l'expérience douloureuse de la présidence de Jair Bolsonaro sont passées par là et les douze titres d’Estrela Acesa conjuguent la joie tropicale sensuelle et la tension; « C’est toujours à propos du désir et des expériences érotiques mais aussi à propos de la fin du monde » explique Sessa. Ainsi le titre Canção da Cura est une chanson de rupture sur l'impossibilité de l'amour mais aussi une chanson de guérison par la force de la musique.

« Faire de la musique, associer des sons comme un moyen de donner un sens aux émotions, être vivant », c'est sur une île au large de São Paulo que le songwriter a trouvé son oasis de paix pour enregistrer ses ballades lumineuses avec le bassiste Marcelo Cabral, le percussionniste et co-producteur Biel Basile, les choeurs et les percussions de Ciça Góes, Ina, Paloma Mecozzi, la flûte de Gabriel Milliet et les orchestrations d'Alex Chumak et Simon Hanes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.