Publicité

Chanteur blues et soul de Chicago, Syl Johnson est mort

Syl Johnson en 1997 / Clayton Call/Redferns via Getty
Syl Johnson en 1997 / Clayton Call/Redferns via Getty
- Clayton Call

Samplé par les plus grands noms du hip-hop, l'artiste militant laisse des titres majeurs comme "Is It Because I'm Black" ou "Different Strokes". Il nous a quittés dimanche 6 février à l'âge de 85 ans.

Chanteur, guitariste, harmoniciste et producteur inspiré, Syl Johnson aimait se définir comme "un touche-à-tout. Plus soul que Marvin Gaye, plus funk que James Brown" ou encore comme "l'artiste le plus samplé de tous les temps". Longtemps resté dans l'ombre des soulmen Al Green ou Willie Mitchell, Syl Johnson a pourtant incarné dans les années 60 et 70 le meilleur des productions militantes de la Great Black Music avec des titres redécouverts quand le gotha du hip-hop s'est emparé de son œuvre.

"Il a vécu sa vie en tant que chanteur, musicien et entrepreneur qui aimait la musique noire… Un fougueux, féroce, combattant, toujours debout pour la poursuite de la justice en ce qui concerne sa musique et son son" a déclaré sa famille dans un communiqué. Syl Johnson a rejoint son frère aîné, le bluesman Jimmy Johnson quelques jours seulement après sa mort.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sylvester Thompson est né en 1936 à Holly Springs, Mississippi et arrive à Chicago en 1950. Il joue alors avec les bluesmen Magic Sam, Junior Wells et Howlin' Wolf avant de faire ses débuts en solo avec le titre Teardrops. Au milieu des années 60, il rejoint le label Twilight/Twinight dont il devient le fer de lance avec des chansons comme Come On Sock It to Me, son premier hit, et surtout Different Strokes en 1967, un hit soul qui va plus tard être échantillonné par Public Enemy (Fight the Power), Wu-Tang Clan (Shame on a N***a) Eric B. & Rakim (I Know You Got Soul), Jay-Z and Kanye West (The Joy) ou De La Soul (The Magic Number). En pleine période de lutte pour les droits civils, il grave en 1969 Is It Because I'm Black.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En 1971, Syl Johnson rejoint le label de Memphis Hi Records sur les conseils du producteur Willie Mitchell. Il y enregistre plusieurs albums comme Back for a Taste of Your Love en 1973, Diamond in the Rough en 1974 et Total Explosion en 1975. Il connaît le succès avec de titres comme We Did It, Back for a Taste of Your Love ou sa reprise funky de Take Me to the River d'Al Green, qui reste son plus grand succès.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Après s'être retiré de la scène musicale dans les années 80, Syl Johnson découvre l'engouement de la scène hip hop pour ses œuvres aussi utilisées par Tupac Shakur, NWA, Snoop Dogg ou IAM qui utilise I Hate I Walked Away en 1997 pour son titre Elle donne son corps avant son nom. Profitant de ce revival inattendu, il sort l'album Back in the Game en 1994, toujours accompagné par Hi rhythm section et sa plus jeune fille Syleena Johnson. Au terme de plusieurs procès, contre Cypress Hill ou Jay-Z, le soulman avait récupéré une part du fruit de son travail, de ce son unique qu'il a toute sa vie défendu.