Publicité

"Chaos Energy", la rave cosmique de Daniel Avery

Par
Daniel Avery
Daniel Avery
- Steve Gullick

Le producteur anglais annonce un nouvel album pour l’automne et dévoile un premier clip en forme de rêve fiévreux.

Ne ratez surtout pas le prochain concert de Daniel Avery à Nuits Sonores. Ce fidèle du festival lyonnais devrait y dévoiler en live ce vendredi plusieurs de ses compositions les plus récentes, celles qui compteront au tracklisting de son prochain album Ultra Truth attendu le 04 novembre prochain. On savait déjà, certes, que l’électronicien n’aime pas rester les bras croisés. Auréolé par le succès d’un trio d'albums subjuguants, le trentenaire londonien s’affiche aujourd’hui comme une figure majeure de cette scène britannique qui a pris de longue date la tête de la techno contemporaine.

Cérébral, bosseur, et solitaire à l’instar de son compatriote Four Tet, Daniel Avery annonce ainsi déjà la suite de son merveilleux Love + Light publié en 2020, un album à deux faces en forme d’addition mystérieuse où les ambiances se toisent finalement autant qu’elles se chevauchent.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Son nouveau disque devrait pourtant tourner la page du confinement et de la stricte expérience solo qui avait guidé ses travaux précédents. Sont ainsi annoncées des collaborations avec Ghost Culture, Manni Dee, Marie Davidson ou encore Kelly Lee Owens, qui devraient nourrir cet Ultra Truth de nouvelles ambiances et de nombreuses voix. Premier extrait dévoilé sous forme de prélude, le clip Chaos Energy semble en tous cas forgé dans le creuset techno d’un autre temps, mêlant des nappes célestes à un breakbeat qui tape fort. Une rave cosmique en forme d’énergie noire aspirante et qui n’augure que du bon.

Mes précédents albums étaient tous axés sur l'idée que la musique était une échappatoire de notre monde, mais ce n'est pas le cas cette fois-ci. Pour moi, cet album parle de regarder directement dans l'obscurité, et non plus de la fuir.