Publicité

"D’ailleurs nous sommes d’ici", la supplique de Naïssam Jalal

Par
Naïssam Jalal Quintet - Photo de Seka
Naïssam Jalal Quintet - Photo de Seka
- Seka

À l'heure de la montée des nationalismes qui se nourrissent de replis identitaires, la flûtiste dévoile le clip de son appel : "Chère France comment te dire notre douleur" ?

Avec le double album qui marquait les dix ans de son ensemble Rhythms of Resistance, Naïssam Jalal, mue par la sensation que notre monde s'éteint et qu'il faut réagir, exprimait le désir "d'explorer de nouveaux territoires et de continuer inlassablement à mélanger les esthétiques, les traditions", mêlant musiques arabe classique, médiévale andalouse, traditionnelle africaine ou jazz occidental", pour laisser fleurir Un Autre Monde".

Du haut de sa double nationalité syrienne et française, Naïssam se sent pleinement arabe et française. Le clip du poème musical D’ailleurs nous sommes d’ici, à découvrir en avant-première, est un court-métrage avec des personnages et une narration qu'elle a imaginé, dit-elle, "pour parler de mes blessures et de la place des enfants de l’immigration dans ce pays qui est le nôtre" :

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En toute vérité, en toute simplicité, le clip réalisé avec le photographe Seka (co-fondateur de la galerie indépendante Kablaz à Paris, devenue Street Dream Gallery) témoigne de leur beauté. La plupart des scènes ont été tournées dans le 93 à Saint Denis, La Courneuve, Bagnolet, Montreuil, Villetaneuse, Aulnay Sous Bois.

Il capte des moments du quotidien de leurs familles, de leurs amis de cœur et d'esprit, "les pieds bien ancrés dans le sol, apportant les couleurs de nos présences à cette terre commune. Tels des arbres en fleurs. Complètement d'ici et pleinement d'ailleurs". Leurs différences les ravis, leurs joies les animent, les saveurs de leurs parents les rendent plus forts quand ils les partagent, la pluralité de leurs cultures ne les menace pas, elles les protège. Ensemble ils inventent un demain.

"Nous ne nous tolérons pas, nous nous aimons".

Alors que la question identitaire hante les esprits et monopolise le débat public, Naïssam Jalal vient dire paisiblement mais gravement que son pays de naissance et son pays d'origine nourrissent son imaginaire et que ses frères et sœurs ont soif d'amour et de reconnaissance.