Publicité

Dans le casque de... Magic Malik

Par
Magic Malik
Magic Malik
- Karim El-Dib

Pour fêter la sortie de son nouvel album "Ka-Frobeat", le flûtiste et compositeur partage avec nous sa playlist du moment.

Après s’être attelé au répertoire du jazz moderne, le flûtiste et compositeur né à Abidjan et ayant grandi en Guadeloupe a réuni neuf talentueux musiciens de la nouvelle génération aux origines et influences variées pour un voyage dans son Afrique-Oasis nommée Ka-Frobeat.

Un projet né en 2017 sous l'impulsion de feu Hilaire Penda, bassiste et compositeur né au Cameroun qui l'avait le premier « pris sous son aile ». Reliés par ce périple entre terres d'Afrique et de Guadeloupe comme par l'universalité des rythmes et des chants afro-caribéens, les artistes nous invitent à une célébration de la créolité où les rythmes du tambour traditionnel guadeloupéen Ka dansent d'une même voix avec l'afrobeat de Fela Kuti, le jazz et les musiques caribéennes. Sa playlist est en écoute ci-dessous:

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un mois après la sortie de l'album Ka-Frobeat, Magic Malik nous offre une sélection de titres et explique ses choix « J’ai décidé de vous présenter une playlist de musiciens que je connais ou côtoie personnellement. J’aurais pu vous proposer d'écouter du Coltrane ou du John Scofield, mais finalement les musiciens qui m’ont le plus influencé et qui m’influencent sont ceux que je côtoie. Bonne écoute a tous et n’hésitez pas à passer de pierres en pierres pour traverser les rivages et découvrir de nouveaux archipels musicaux ».

Vincent Sauve est un batteur que j'ai découvert avec Stephane Payens. Ce disque La forêt dans la ville est son premier et c'est une des rares tentatives réussie d'approche du jazz par le minimalisme. Je trouve que la vitalité et le foisonnement du vide suggéré par des éléments succincts de sa surface sont questionnés dans cette musique avec poésie.

Fanny Menegoz est une flûtiste dont j’apprécie la sensibilité. Sa musique fait quelques ricochets sur la surface de certaines de mes préoccupations musicales. Son disque Nobi apporte quelques voies que je trouve très pertinentes dans l’espace offert encore à la flûte dans le jazz. Une flûtiste majeure de sa génération que j'écoute inlassablement.

Mailys Maronne est une pianiste atypique, et je crois avoir une certaine expérience dans l’atypie. Elle fait partie des musiciens et des improvisateurs imprévisibles qui sait marier trouvailles, inventions et originalité sans renier parfois aux formes plus établies. J’aime beaucoup ce titre qu’elle avait écrit spécialement sur le thème des fêtes de Noël. Un bel exemple entre formes établies et trouvailles originales. Son premier disque s’intitule Phonem. Je suis très optimiste de savoir que sa génération à des émissaires de son calibre.

Maciek Lasserre est un saxophoniste qui est dans une recherche spirituelle de la musique. Je trouve qu’il utilise dans cette visée spirituelle un fort attachement à certaines musiques traditionnelles d'Afrique. Bien sur le Jazz est la racine et l’ingrédient électronique me plaît. La recherche de l’improvisateur est un vrai moteur de sa musique. Il y a le souci d'une recherche de la vérité de la sincérité de la droiture, mais aussi de la dissidence dans sa pratique musicale.

The KHU et ses musiciens dont Johan Blanc sont indépassable dans la maîtrise de ce qu’ils proposent et affichent une modestie et un humour, un second degré rare et appréciable pour une musique aussi exigeante. Leurs tutoriels sur YouTube sont à ne pas manquer. Ici un extrait de leur disque Cometas.

Gilles Coronado est un musicien de jazz qui est à mes yeux une des pierres angulaires du jazz en général et en France plus particulièrement. Il a beaucoup compté dans mes choix personnels et les discussions que nous avons sur la musique sont très enrichissantes. Son apport dans le jazz contemporain est très empreint de culture rock. Ici un titre que j’aime beaucoup qui s’intéresse aussi au minimalisme.

Nicolas Bauer est un bassiste producteur compositeur avec lequel je travaille dans différents projets dont la Fanfare-XP. L’un de ses projets personnels scénique est orienté vers les musiques du monde. Avec le groupe Human Spirit dans les années 90, nous étions dans cette première vague de musiciens faisant une musique “métissée” comme l’ont nommé les journalistes de l’époque. Ce projet a donc attiré mon attention et m'a beaucoup plu.

Oscar Emch est un guitariste chanteur producteur compositeur au timbre vocal unique. C’est un musicien dont j’aime la précision, l’artisanat et le bon goût mis ici au service ici de la chanson. Il est très appréciable pour des gens de ma génération de voir le souci d’une musique instrumentale de qualité liée à la chanson. C'était une qualité d'antan que les exigences de la musique instrumentale et de la chansons se marient. Cette qualité est à l'œuvre ici, à mon sens.

Olivier Laisney est un trompettiste et collaborateur très important pour moi. Les musiciens de Jazz de sa génération et de la mienne peuvent à travers sa musique voir ce que devient l’héritage commun de nos générations successives. C’est une belle expérience de voir que nous y sommes présents mais aussi absents, nous musiciens des années 90. Son disque Yantras est une proposition contemporaine dans tout ce que ce terme rassemble de visionnaire et de traditionnel.

Jozef Dumoulin a marqué un tournant dans ma vie de musicien. On ne le présente plus. C’est une des rencontres les plus forte sur mon chemin, qui me porte encore. J’avais beaucoup aimé ce disque dont je vous présente ici un titre. J’avais passé ce disque à ma fille qui avait une douzaine d’années à l’époque et j’ai découvert quelques années plus tard qu’elle chantait ce morceau par cœur quand nous l’avons réécouté ensemble. Chez Jozef, j’ai cette sensation comme avec la vérité, que la musique est “ailleurs”.

Bo Van Der Werf est le plus grand compositeur que je connaisse. Dans sa musique, il n’y a plus de chronologie historique. Elle contient la dimension des forêts sans hommes jusqu’aux mégapoles technologiques surpeuplées en passant par les lieux sacrés, qu’ils soient au pied d’un monolithe ou dans l’enceinte d’une cathédrale. Sa musique me fascine au plus haut point et constitue pour moi un point de mire vers lequel j’essaie de faire tendre la mienne.

Sarah Murcia est une contrebassiste incontournable avec laquelle j’ai travaillé tout au long de ma vie de musicien. Avec elle, j’ai pu développer mon univers musical. J’aime cette version qu’elle propose de ce standard de jazz. Tout en simplicité. Son univers musical au-delà de ce titre est très vaste, il va de la musique contemporaine à la chanson en passant par la musique instrumentale improvisée. Le fil directeur est bien sur le jazz et l’improvisation. Elle fait partie des musiciennes et compositrices majeures de notre génération.

Toma Gouban est un batteur percussionniste ? À vrai dire, il est difficile de dire ce qu’il joue. Ce trio offre un aspect de la musique improvisée que j’aime beaucoup, car elle n’est pas enfermée dans la négation de quoi que soit, et particulièrement du lyrisme. Il m’est arrivé de me joindre à leur musique et c’est le seul projet ou la musique totalement improvisée s’ouvre naturellement sur du lyrisme. Leur musique et ces musiciens comptent beaucoup pour moi et ils m’inspirent beaucoup pour ma musique à venir

Magic Malik est en concert:
le 30 juin à l'ECUJE à Paris
le 12 juillet au festival Jazz à Porquerolles
le 10 septembre au Baiser Salé à Paris

À réécouter : Spéciale Magic Malik
1h 10