Publicité

Douceur et tremblements pour Sylvan Esso

Par
Nick Sanborn + Amelia Meath = Sylvan Esso | Bandcamp
Nick Sanborn + Amelia Meath = Sylvan Esso | Bandcamp

Le duo folk-electro distille son prochain album avec "Free", une nouvelle ballade à la bonté infinie.

L’amour libre. Voilà un slogan on ne peut plus clair de Sylvan Esso à quelques semaines d’un scrutin électoral qui électrise l’Amérique. Outre-Atlantique, les artistes, musiciens en premier lieu, expriment à leur façon dans leurs discours et leurs créations cette ébullition en cours. Sylvan Esso est de ceux-là, ce duo originaire de Caroline du Nord qui se révélait en 2014 avec un premier disque de pop électronique enjouée. Amelia Meath et Nick Sanborn forment un couple musical remarquable, où la voix pénétrante de la chanteuse, qui parfois rappelle celle de Feist, trouve une belle chambre d’écho dans les productions perçantes de son partenaire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des pop-songs souvent classieuses forment leur griffe tels Play It Right, Coffee, ou encore le joli Die Young qui servit il y a trois ans de prélude à leur dernier disque. De retour dans les bacs cette semaine avec un troisième album, Sylvan Esso ont donc choisi de baptiser Free Love leur nouvelle création dont ils distillent des extraits depuis le début de l’été. Différentes facettes de leur nouvelle palette, pop avec Ferry Wheel ou electronica sur Frequency, ont ainsi été dévoilées sur ces premiers titres assortis de clips léchés.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Free, leur nouvel et ultime simple mis en ligne cette semaine, est pourtant fait d’un tout autre bois. La voix de Meath, ici, s’affranchit des arrangements électroniques de son comparse pour virevolter entre douceur et tremblements. Un court monologue hors du temps qui prend la forme d'une ballade à la bonté infinie. Magique.