Publicité

“Elektrik Makossa” dans les turbulences afro-rock de Bafang

Par
Bafang / Photo Franck Blanquin
Bafang / Photo Franck Blanquin

Le duo sort son premier album en novembre, un cocktail extatique d'énergie pure mêlant le groove africain du makossa, les pulsations hard-rock et le blues du désert.

Ils ne sont que deux et pourtant leur musique a l'énergie tumultueuse d'un big band afro-rock, d'un groupe de funk et de hard rock. Les deux frères, Enguerran à la batterie et Lancelot à la guitare, ont fait vibrer la scène musicale caennaise avant de présenter, avec un premier EP en 2018, leur transe métisse et furieuse qui a conquis le public exigeant des Trans Musicales. Bafang est le nom d’un village du Cameroun, près de Yaoundé, d’où sont originaires leurs grands-parents. Les deux artistes ont puisé dans leurs racines pour sculpter leur fusion exubérante et irrésistible comme sur l'explosif International Makossa extrait de leur premier album Elektrik Makossa attendu en novembre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Véritable tempête rythmique sur scène, Bafang mêle dans sa musique extatique les incantations chantées dans des dialectes camerounais, et notamment le bamiléké, les pulsations hard rock, les riffs hendrixiens, les ondulations chaleureuses d'un blues du désert rêveur ou le groove du makossa de Dibango.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.