Exclu : "Coal", la pop bruitiste de Sarakiniko

Publicité

Exclu : "Coal", la pop bruitiste de Sarakiniko

Par
Sarakiniko
Sarakiniko
- Morgane Caux

Avant son concert aux Trans Musicales de Rennes, le chanteur et guitariste Yann Canévet dévoile un clip de son prochain album ensorcelant attendu en septembre 2023.

Sarakiniko, c'est le projet solo de Yann Canevet (ex-leader de FTR et Venera 4), qui s’est fait connaître dès 2009 à la tête du groupe The Summer of Maria False. Avec le clip du titre éponyme de l’album Red Forest, il plongeait déjà corps et âme dans la nature sauvage grandiose et captivante sans autre boussole que ses sens éveillés et son intuition. Cette fois on découvre l’univers à la fois poétique et angoissant de Coal qui relate la triste destinée d'un magnifique vieux châtaignier que lui et ses enfants aimait particulièrement. « Il est abattu, laissant à vif cette gigantesque souche suintante de sève. J’ai envie de vomir... Deux cents ans de croissance, de tempêtes vécues, de générations d’animaux et d’humains qui se terminent car le câble de la sacro-sainte fibre passe un peu trop près du tronc ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le texte de Coal écrit par Morgane Caux et le clip réalisé par Tilouenn Reid sont une évocation de nos forêts qui brûlent. Hébétés par la disparition de l'arbre majestueux, les témoins se consument en quelques-sortes, avec lui. Il ici est question de cette polarité entre « la sagesse du vivant et l’ignorance, l’aveuglement, la volonté de pouvoir propre à l’être humain », précise Sarakiniko. Le message semblant être que face au réchauffement climatique, la déforestation, la perte de la biodiversité, l'humanité doit changer sa relation avec la nature et ne plus la considérer comme une source de profit de court terme. « Que nous restera-t-il dans ce monde hyper câblé quand on aura déconnecté toutes les racines du sol et du ciel » ?

Publicité

Sons du futur, mélodies entêtantes, chant aérien, rythmiques enivrantes, énergie rock, batterie électronique, guitares saturées, delay, réverbérations, la noisy et parfois dream pop souvent enjouées et solaires de Sarakiniko qui met ici en avant des questionnements existentiels, nous invite à vivre en pleine conscience et à rester connecté avec le vivant.

En concert : le 9 décembre 2022 aux Trans Musicales de Rennes