Publicité

Exclu : "La vie, la vie, la vie", havre solaire de Laurent Bardainne

Par
Laurent Bardainne (credit : Agnès Dherbeys)
Laurent Bardainne (credit : Agnès Dherbeys)

Le saxophoniste retrouve son Tigre d’Eau Douce pour une nouvelle croisière radieuse aux confins du jazz et d’un groove futuriste.

Laurent Bardainne ne l’aura pas quitté bien longtemps, son félidé incandescent. Il y a seulement deux ans de cela surgissait de la brousse de mélopées qu’explore de longue date le saxophoniste français un alter-ego inattendu, un « Tigre d’Eau Douce » à la robe aussi zébrée que les instincts de studio de son dresseur. A l’aide de cette muse chimérique planant sur son album Love Is Everywhere, Laurent Bardainne s’était alors montré poète d’un jazz libéré, puisant dans le groove de son fauve en quartet composé du batteur Philippe Gleizes, du bassiste Sylvain Daniel, du percussionniste guadeloupéen Roger Raspail, et de l’organiste Arnaud Roulin.

C’est encore avec tous ceux-là, ces fidèles comparses qui l’ont accompagné jusque sur les scènes brûlantes des festivals de l’été dernier, que Bardainne file de nouveau vers l’horizon en annonçant un nouvel album pour le mois de janvier_._ Intitulé Hymne au Soleil, cette promesse solaire devrait parfaire plus encore le cocktail de jazz mutant et de groove futuriste qui forgea son disque précédent. En guise de hors d’œuvre à cette oasis annoncée, le musicien vient ainsi de mettre en ligne une première escale magnifique en guise de premier extrait.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il mérite d’être écouté fort, ce La vie, la vie, la vie qu’on fredonne dès la première écoute instinctivement et qui prend les allures sur la platine d’une croisière presque aveuglante. A la mélopée entêtante du saxophone répondent ainsi des motifs de groove à la douceur radieuse et qui semblent traverser les époques, des percussions et l’orgue Hammond rythmant la première moitié de l'instrumental jusqu’aux synthés éblouissants du final qui élève Laurent Bardainne et son félin jusqu’à l’éther. Icare n’est pas loin.

En concert : le 16 mars 2022 à La Cigale (Paris)