Publicité

Exclu : “Sanga Bô”, la lutte de Cheick Tidiane Seck contre le racisme

Par
Cheick Tidiane Seck - Photo de Philippe Savoir
Cheick Tidiane Seck - Photo de Philippe Savoir
- Philippe Savoir

Aux côtés de 24 artistes américains, africains et caribéens, le pianiste malien pose sa pierre à l'édifice "Black Lives, from Generation to Generation", un magnifique album attendu le 25 mars.

Après quatre siècles de tragédie humaine, de colonialisme et d’asservissement, le fléau du racisme laisse place à une explosion de liberté et de créativité dont les musiques noires se sont emparées. Le collectif "Black Lives - de génération en génération" formé à ce jour d’artistes comme Immanuel Wilkins, Stephanie McKay, Sonny Troupé, Jacques Schwarz-Bart, David & Marque Gilmore, Reggie Washington, DJ Grazzhoppa, Jean-Paul Bourelly, Jeremy Pelt, Grégory Privat, Marcus Strickland ou encore Alicia Hall Moran, poursuit la lutte pour l'égalité et la justice sociale avec sa Great Black Music qui répand son éclat sur le monde. Cheick Tidiane Seck présente en avant-première, Sanga Bô, premier titre de l’album, qui signifie Faire ressortir le succès. "Cette chanson, dit-il, voyage entre musique traditionnelle et rap et rassemble plusieurs générations. L'expression est mise sur un rythme sacré qui s'appelle "le Bari" mais aussi sur la lutte des Mandingues contre le système colonial. Sur cette planète, le noir brillera de mille couleurs au détriment des racistes. Nous brillerons pour la race humaine et pour une meilleure hygiène de vie".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les 25 compositeurs et compositrices de l'album ont entre 20 et 80 ans. Bien que leaders, ils sont aussi connus pour leurs collaborations avec d'autres artistes de renommée mondiale des années 60 à nos jours. Leurs chansons s'inspirent de diverses influences comme la musique africaine, le rock, le funk, le hip-hop, le jazz, le rap, la fusion, le nu-jazz, le blues, la jungle, le jazz des Caraïbes, la musique classique, l'opéra ou encore la poésie. Leur projet collectif a pour objectif de donner une voix aux vies noires (black lives) et d'écouter ce qu'elles ont à dire aujourd'hui.

Publicité

Ceux qui se sont sacrifiés pour que nous soyons libres. Ces grands hommes qui se sont battus pour que l'Afrique soit libre. Sang de Soundjata, sang de BaBemba, fils de l'Afrique, je suis fier, le sang des grands hommes Berceau de l'humanité, espoir du monde" - Extrait du titre Sanga Bô

Pour le Nigérian Fela Kuti, la musique était "l’arme du futur" et son engagement lui a valu d'être emprisonné à plusieurs reprises. Le collectif Black Lives reprend le flambeau du père de l'Afrobeat, car si les lignes ont bougé sur le terrain de la musique, les replis identitaires et idéologies réactionnaires vont bon train et divisent encore notre monde en noir et blanc.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tous les droits et bénéfices de cet album qui sort en double CD et en vinyle le 25 mars sur le label Jammin‘colorS, iront directement aux artistes qui ont participé à ce projet.