Publicité

Hommage à Pedro Lima, la voix du peuple de São Tomé

Par
Pedro Lima
Pedro Lima
- Dj Tom B

Bongo Joe poursuit sa série consacrée à la nation insulaire lusophone du golfe de Guinée et dévoile un nouveau titre de l’icône de l’archipel.

Pedro Lima, décédé en 2019, était un artiste emblématique de l‘Île de Sao Tomé. Lors des combats pour l’indépendance, il a mis sa voix au service du peuple. Il est un des rares chanteurs de l’archipel à avoir enregistré à l’étranger. Pour le quatrième volet de leur série consacrée aux rythmes africains de São Tomé & Principe, Bongo Joe se penche sur la vie et  la carrière du leader emblématique du groupe Os Leonenses, Pedro Lima, surnommé "A voz do povo de São Tomé". Recordar é viver : Antologia Vol. 1, attendu le 19 août retrace sa discographie avec notamment quelques titres inédits. Enregistré en 1987, lors des sessions de l'album Africa minha terra, le titre Ami cu manu mu ouvre cette compilation avec les chœurs traditionnels des Conjuntos de Sao Tomé et Principe qui portent le chant de Pedro Lima :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La musique à la fois joyeuse et mélancolique de Pedro Lima serait tombée dans l'oubli sans l'intervention de DJ Tom B qui a numérisé tous les enregistrements du chanteur peu après sa mort. La compilation fait suite à la réédition de Maguidala, l'album phare de Pedro Lima, à la sortie de la compilation Léve Léve : São Tomé & Principe sounds 70s-80s et plus récemment l'Antologia Pt.1 d'África Negra. On navigue de rumbas en puxas ( mélange de merengue angolais, de Benga kenyane et coladeira du Cap-Vert, de Soukouss congolais et de rythme afoxé brésilien).

Publicité

«Comme souvent dans les textes de Pedro, précise un communiqué, le thème est une métaphore sur les affaires locales, envoyant un avertissement aux politiciens cupides, dont la faible conscience des conditions de vie des pauvres, conduirait probablement à leur chute dans l'opinion publique».