Publicité

"Horsepower For The Streets", le cri de ralliement de Jonathan Jeremiah

Par
Jonathan Jeremiah
Jonathan Jeremiah
- Glenn Dearing

Le songwriter anglais présente plusieurs titres de son cinquième album, une symphonie folk soul aux orchestrations somptueuses.

Né à Londres en 1982 d'un père d'origine indienne et d'une mère irlandaise, Jonathan Jeremiah a fait ses débuts dans des bars new-yorkais avant de revenir sur sa terre natale pour graver en 2011 ses textes sur son premier album A Solitary Man. Depuis le songwriter à la voix de baryton a progressivement ciselé son univers musical avec minutie, influencé par Scott Walker, Serge Gainsbourg ou Lalo Schifrin dont le goût pour les arrangements de cordes luxuriants illumine ses compositions. Quatre ans après Good Day, l'artiste revient le 30 septembre avec le long-format Horsepower For The Streets, un pur bijou de musique folk soulful orchestrale dont il dévoile la chanson titre ici :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Horsepower For The Streets est un album concept en onze chapitres, traçant un chemin à travers la douleur et la fragilité pour une voie vers l'espoir comme sur les vibrations positives du premier titre ou sur Lucky nous invitant à chasser nos démons. C'est à Saint-Pierre-De-Côle, dans la campagne au-delà de Bordeaux, que Jonathan Jeremiah a trouvé l'inspiration pour écrire ses textes pendant les pauses de sa première tournée en France.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des chansons enregistrées à Bethlehemkerk, une église monumentale rénovée à Amsterdam Noord, avec l'Amsterdam Sinfonietta, un orchestre à cordes de 20 musiciens. Le résultat est une oeuvre hors du temps, bande son sophistiquée et rêveuse des sentiments de l'artiste où les chœurs aux intonations gospel s'entremêlent avec grâce aux envolées de cordes, où l'intimité d'une balade folk côtoie la puissance émotionnelle de la soul dans des arrangements dignes des plus belles productions des 70's.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Peut-être que le fait de savoir que je suis un personnage détaché à bien des égards, cela ne m’empêche pas de me soucier ou de vouloir montrer de l’amour et de l’attention aux autres. Je suppose que je pense juste que je pourrais montrer de telles choses à travers la chanson » explique Jonathan Jeremiah.

Jonathan Jeremiah est en concert le 17 septembre au Backstage By the Mill à Paris.