Publicité

Jazz à Vienne dévoile une réjouissante programmation estivale

Par
Jazz à Vienne - Photo d'Arthur Viguier
Jazz à Vienne - Photo d'Arthur Viguier
- Arthur Viguier

Du 29 au 13 juillet, le grand festival isérois invite Mc Solar, Portico Quartet, Raphaël Imbert, Flavia Coelho, Supersonic, Angélique Kidjo, et tant d’autres.

Depuis 1981, le théâtre antique isérois, un des plus importants de l'Antiquité romaine, est le sublime écrin des grands concerts de jazz et de musiques cousines du prestigieux festival Jazz à Vienne. Des artistes de renommée internationale s’y croisent sur le plateau principal et sur les scènes des jardins de Cybèle, du Club (Théâtre François Ponsard), ou encore au musée, au Manège, dans les rues de Vienne...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Cette année, onze nationalités sont représentées sur la scène du théâtre antique. Le festival s'ouvre dès le matin avec une création destinée aux huit mille écoliers du pays viennois. Le saxophoniste Raphaël Imbert et ses acolytes embarquent cette fois les enfants dans un voyage sonore interstellaire sur les traces de grands explorateurs tels que Sun Ra, Albert Ayler, John Coltrane et David Bowie. Le soir c'est le prolifique pianiste anglais, chef d'orchestre et MC Alfa Mist qui ouvre les festivités avec son nouveau jazz mêlant afrobeat, highlife, ethiojazz et hip-hop. Il partage l'affiche avec le poète du rap Mc Solar, passionné de jazz. « C’est grâce à l’héritage jazz que l’homme singe devient l’homme sage », rappait-il naguère. Cette fois Mc Solar s'entoure de The New Big Band Project et de l’orchestre symphonique des Pays de Savoie pour métamorphoser ses titres phares :

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L’artiste brésilienne Flavia Coelho et l’Ensemble Instrumental de la Mayenne dirigé par Chloé Meyzie s’aventurent dans une création mêlant l’univers de la chanteuse aux diverses traditions de la musique populaire brésilienne, avec des formes empruntées au reggae, au funk, à la pop et la musique classique occidentale. La diva Angélique Kidjo défend son projet Mother Nature, un appel à mettre l’écologie et l’humanisme au cœur des consciences. Cet hymne à notre planète est dédié à la génération afrobeats incarnée par le beatmaker franco-camerounais James BKS (fils de Manu Dibango qui jouera en ouverture de la soirée Afrique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On retrouve quelques habitués prestigieux de Jazz à Vienne : le guitariste et chanteur Georges Benson qui a fait danser la planète au son de Give Me The Night ; le maître du piano Herbie Hancock, surnommé The Chameleon, qui depuis les débuts de sa longue carrière, nous fait voyager du jazz au hip-hop en passant par le funk, le rock, le disco, la pop et l’électro ; le saxophoniste légendaire Maceo Parker et son funk old-school aux saveurs de la Nouvelle Orléans ; le showman et pianiste Jamie Cullum ou encore le brillant crooner Gregory Porter, qui après All Rise va rééditer son premier album studio Water (2010) sur le label Blue Note.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Notez aussi la superbe soirée présentant le projet Digital Africa du maître du oud et chanteur tunisien Dhafer Youssef conviant le Mali, le Brésil et la Finlande en compagnie du guitariste norvégien Eivind Aarset et du percussionniste Adriano Dos Santos pour créer des territoires sonores inexplorés. Suivra le très bel hommage à Mahmoud Darwich du pianiste et multi-instrumentiste Bachar Mar-Khalifé avec son père, l’oudiste, chanteur et compositeur Marcel Khalifé qui partageait avec le poète une amitié précieuse et a mis en chanson une quarantaine de ses textes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les musiques actuelles se mêlent au jazz, au groove et à la musique minimaliste avec le projet multimédia Electronic Set (Live A/V) du Breton romantique Yann Tiersen qui, dialoguant avec ses machines, s’inspire de la puissance et de la poésie des paysages de l’île d’Ouessant où il vit. Notez aussi la création de General Elektriks avec le saxophoniste Julien Lourau ; le voyage hypnotique entre jazz, musiques électroniques et ambient du groupe londonien Portico Quartet en constante évolution, qui fin 2021 publiait l'album Terrain, une suite en trois mouvements héritée du minimalisme américain et ses influences non-occidentales.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Notez la venue de Cory Wong ; de Nate Smith, un des batteurs-compositeurs les plus excitants, dynamiques et innovants de sa génération, embrassant plusieurs styles simultanément ; du collectif de musiciens martiniquais, haïtiens et guadeloupéens Big In Jazz Collective, du jeune quatuor mutant Cheap House ou de l’excitant collectif afro-jazz Nubiyan Twist et Ishkero lors de la Soirée New Generation avec le troisième épisode de Black Radio de Robert Glasper, et encore de la jeune saxophoniste de la scène néo-jazz londonienne Nubya Garcia et le duo Blue Lab Beats passé maître dans l'art de la fusion des beats hip hop et électro à un cocktail subtil et novateur d'afrobeat, de grooves boom-bap et de refrains jazz-funk.

En partenariat avec le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, Jazz à Vienne a confié la création de l'affiche de cette 41ème édition à la dessinatrice Audrey Spiry qui axe son travail sur une redéfinition des contours du corps, souvent féminin : « Pour l'affiche de Jazz à Vienne, ce sont les vibrations et tout ce qui raisonne qui a pris la place du sujet. Rendre visible la propagation de cet instant bref de la cymbale, lui donner la place pour s'étirer sans la figer totalement, tout ça pour tenter de rendre l'image la plus sonore possible ».

41ème édition de Jazz à Vienne - Visuel d'Audrey Spiry
41ème édition de Jazz à Vienne - Visuel d'Audrey Spiry
- Audrey Spiry

Parallèlement à la réalisation des visuels, le FIBD d’Angoulême et Jazz à Vienne ont eu l'idée d'un concert dessiné joué à Angoulême et repris cet été à Vienne. La performance (qui aura lieu au Manège le 8 juillet) a été confiée à la dessinatrice Fanny Michaëlis et au trio Drôles de Dames composé de Thomas de Pouquery, Laurent Bardainne, Fabrice Martinez qui mêlent leur improvisations virtuoses, déjantées et cette fois même un peu inquiétantes aux créatures étranges de l'autrice de bande dessinée, illustratrice et musicienne.
Coup de cœur FIP pour le concert du Supersonic mené par le magnétique compositeur, saxophoniste et chanteur Thomas de Pourquery qui fait cette année la première partie de Herbie Hancock le 12 juillet.

Jazz à Vienne 2020 c’est 15 jours de musique, 37 lieux, 190 concerts dont 3/4 gratuits

1h 31
1h 31
1h 01