Publicité

"Kintal da Banda", la cour des souvenirs de Bonga

Par
Bonga / Photo Alex Tome
Bonga / Photo Alex Tome
- Alex Tome

L'artiste angolais dévoile le titre "Ti Zuela", deuxième extrait de son nouvel album célébrant la cour de son enfance, lieu d'éveil heureux de sa conscience politique et musicale.

Depuis plus d'un demi-siècle, José Adelino Barceló de Carvalho porte, sous le nom de Bonga, les rythmes chaloupés du semba de sa merveilleuse voix éraillée. Une musique douce et militante que l'artiste angolais a forgée dans sa jeunesse à l'école, dans la rue et surtout dans la cour de sa maison familiale à Kipiri, haut lieu de convivialité et de discussions sociales et politiques enflammées. Celui qui dut fuir le régime salazariste pour s'être engagé dans le Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola, célèbre la cour de son enfance sur son nouvel album Kintal da Banda attendu le 18 février sur le label lusophone Lusafrica.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Je chante à rebours du mouvement négatif de la planète. Tant que des personnes malintentionnées, européennes, africaines, chinoises…, dirigeront la marche du monde, je prendrais le micro pour les contrer… ». Mais avec le temps, la rage de la révolte à laissé place à la sagesse et c'est par la joie que l'artiste de 80 ans milite désormais tout en jetant un regard amer sur la politique en Angola depuis les années 70 et sur les autorités actuelles*, "une sorte de mafia a fait main basse sur mon pays*".

Publicité

Kintal da Banda signifie en créole angolais "la cours de l’endroit", dont l'artiste évoque avec tendresse les souvenirs de couleurs, d'odeurs de plats et d'instants précieux de partage rythmés par la musique. Des souvenirs de cour qu'il met en musique avec son vieux complice de 28 ans, le guitariste Betinho Feijo et une poignée d’invités (un flûtiste, un percussionniste, des choristes). Après avoir fait l'éloge des coutumes gastronomiques de son pays sur Kúdia Kuetu, chanté avec Camélia Jordana, Bonga évoque avec humour "les éternels bavards qui finissent par prononcer des vérités essentielles" sur le titre Ti Zuela.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bonga est en concert :
le 27 mars au Théâtre Des Louvrais à Pontoise
le 4 mai à La Cigale à Paris
le 19 août au festival Les Tempos du Monde à Saint Paul Les Dax

31 min