Publicité

L’intense Louis Sclavis arpente "Les Cadences du Monde"

Par
Louis Sclavis Quartet
Louis Sclavis Quartet
- Stéphanie Griguer

En quartet avec Annabelle Luis, Keyvan Chémirani et Bruno Ducret, le clarinettiste et saxophoniste dévoile un titre de ses sublimes et audacieuses obsessions musicales, attendues le 27 mai.

Un disque de Louis Sclavis est toujours la promesse d’un voyage dans l’art de la mélodie évocatrice, dans le défrichage de nouveaux territoires sonores et de nouvelles saveurs. Musique écrite, improvisée, folklorique, contemporaine, jazz, musique de chambre, du monde … on sent le plaisir de combiner les genres et les personnalités pour en faire une musique de cœur, affinée lors de quelques concerts par la confrontation avec le public, avant d'être capturée en studio.

Pour habiter Les Cadences du Monde, il chemine aux côtés de la violoncelliste Annabelle Luis (Ensemble Amarillis) qui elle aussi navigue du baroque à la musique contemporaine, en passant par le jazz ; du violoncelliste fantasque et tout terrain Bruno Ducret (Bayou, La Litanie des Cimes, Komorebi, Lady M ...) et du percussionniste classique iranien Kevyan Chemirani (The Rhythm Alchemy), grand maître du zarb et du daf. D’emblée on est frappé par le son majestueux de la clarinette et de tout l'album enregistré et mixé par Gérard de Haro à La Buissonne. En avant-première, on découvre le titre d'ouverture :

Publicité

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Figure de proue de la musique improvisée européenne, Louis Sclavis est en connexion permanente avec les autres arts. Son nouveau répertoire, explique-t-il, est « une musique qui rentre en résonance avec l’ouvrage du photographe Frédéric Lecloux « L’Usure du monde » qui est lui-même un hommage au livre du voyageur Nicolas Bouvier, "L’usage du monde"». En réponse à ces photographies et à ce récit de voyage à travers les pays de l’ex-Yougoslavie, la Turquie, l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan, Louis Sclavis a composé son propre chemin dans une Asie Centrale fantasmée, mais principalement guidé par la personnalité des musiciens, musicienne qu'il a choisis. Ici l'architecture d'orfèvre de chaque morceau sort du cadre jazz et s'ouvre à la musique baroque et aux musiques du monde.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tout d'abord en tension au début de l'écoute des Chaos du monde, en vagabondage avec Conte d'un jour puis en abandon dès la Montée aux étoiles et jusqu'au Red Point, on se sent en totale harmonie avec la poésie de ces Cadences du monde que l'on voudrait parfois mettre en suspend, juste un instant, afin de les contempler.

Les Cadences du Monde sort le 27 mai sur le label JMS. Le concert de lancement de l'album a lieu le 1er juin dans le cadre de l'Europajazz Festival à l'Abbaye Royale de l’Epau – Le Mans

E

À réécouter : Club Jazzafip invite Louis Sclavis

À lire aussi : Louis Sclavis poursuit son dialogue en humanité avec Ernest Pignon-Ernest

À réécouter : Live à Fip : 40 ans du label JMS