Publicité

L’iPod, c’est fini

Par
Steve Jobs dévoilant l'iPod Nano en 2005.
Steve Jobs dévoilant l'iPod Nano en 2005.
© Getty - Kim Kulish

Apple vient de débrancher définitivement son fameux baladeur numérique vingt ans après son lancement par Steve Jobs.

Clap de fin pour l’iPod. Apple vient d’annoncer par voie de communiqué que le lecteur mp3 le plus célèbre du monde tire aujourd’hui sa révérence, vingt ans après son lancement par Steve Jobs himself à l’orée du nouveau siècle. La firme de Cupertino, à cette époque en réelle difficulté, amorçait alors en ce mois d'octobre 2001 une révolution dans les modes d’écoute de la musique plus importante encore que celle initiée par le Walkman de Sony au début des années 80.

Accessoire tendance mais aussi très coûteux, décliné au fil des années sous toutes les formes et sous toutes les couleurs, l’iPod a fondé son succès sur un double contexte qui a fait la fortune de ses créateurs, celui d’une généralisation de l’Internet domestique sur lequel le piratage s'est démocratisé, ainsi que la mise en œuvre de la plateforme iTunes permettant le téléchargement légal (mais payant) auprès d’Apple des morceaux à l’unité dans un format compressé. En parallèle, et tandis que l'audio en ligne devenait une nouvelle frontière, cet appareil capable d'emporter avec soi de la radio à ré-écouter donnait son nom aux premiers "podcasts" réalisés par des indépendants avant que les grandes stations ne prennent bientôt le même chemin.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Grâce à son look unique et sa facilité d'utilisation, ce baladeur générationnel éclipsa très vite ses quelques concurrents technologiques tels que le Mini-Disc de Sony ou le pionnier Rio. Vendu à près de 450 millions d’exemplaires d'après certaines sources, l’iPod inspira ensuite largement l’iPhone lancé en 2007 qui combinera ses strictes fonctionnalités audio à toute la connectivité que l’on connaît aujourd’hui, séduisant jusqu’aux mélomanes pour l'écoute en mobilité malgré une qualité de restitution longtemps discutable. L'émergence des plateformes de streaming au début de la dernière décennie signera le début de la fin pour cet emblème de la marque à la pomme qui est donc définitivement débranché aujourd'hui, et alors même que les supports analogiques (vinyle en tête) connaissent un renouveau spectaculaire chez tous les amateurs de bonne musique.

"L'esprit de l'iPod perdure, a déclaré Greg Joswiak, vice-président d'Apple. "La musique a toujours été centrale chez Apple, et la rendre accessible à des centaines de millions d'utilisateurs comme l'a fait l'iPod a eu un impact non seulement sur l'industrie musicale mais a aussi redéfini la façon dont la musique est découverte, écoutée et partagée".

À lire aussi : La cassette audio vient de perdre son créateur

À lire aussi : Sony mise à nouveau sur le vinyle