Publicité

"Vi Verte", la céleste mélancolie d’Oriane Lacaille

Par
Oriane Lacaille - Photo de Fabien Tijou
Oriane Lacaille - Photo de Fabien Tijou
- Fabien Tijou

La chanteuse et multi-instrumentiste dévoile un titre onirique de son délicieux nouvel EP "Hear My Voice" enregistré en trio dans l'antre de Piers Faccini.

Fille d’une grande famille de musiciens réunionnais, Oriane Lacaille promène ses inspirations africaines, indiennes, malgaches et européennes au gré de ses projets. Le dernier en date est un trio formé avec la batteuse réunionnaise Héloïse Divilly également aux percussions et au chant et le contrebassiste Yann-Lou que l'on retrouve aussi à la trompette et au chant. Elle compose avec ses ukulélés ou son aouicha à trois cordes (une guitare d'origine gnawa, précise un communiqué, arrivée à la Réunion dans les années 70/80 et jouée par Alain Peters). Chaque chanson d'une simplicité exemplaire, écrite en créole et en français, fait honneur à sa double culture. Elles ont été façonnées et enregistrées à quatre mains avec le chanteur franco-italien Piers Faccini qui réalise ce premier EP et l'héberge sur son propre label Beating Drum. En avant-première, voici Vi Verte, "une chanson que j’ai fabriqué après la naissance de ma fille" nous confie Oriane :

"J’ai été frappée par mon animalité durant l’accouchement et celle de mon bébé dans ses premiers instants. Nous sommes des animaux, mais avons peu de moment dans nos vies de tous les jours pour nous le rappeler. En écrivant ce texte j’ai même naturellement élargit mon animalité au monde vivant en général. Mes bras deviennent rivières et mon ventre une montagne. "

Publicité

Oriane Lacaille a grandi en France entre l’accordéon de son père et la passion des mots de sa mère. Sa grand-mère et ses tantes ayant contourné les interdits d'alors en jouant de la percussions, lui ont ouvert la voix. Petite, elle accompagnait René Lacaille avant de jouer des percussions pour lui dès l’âge de treize ans. Elle a participé à divers projets auprès d’André Minvielle, Fantazio, Loic Lantoine, ou encore Brigitte Fontaine qu’elle qualifie de poétesse majeure. Elle a suivi sa propre route avec le duo Titi Zaro, le duo Bonbon Vodou. Dans tous ces projets, comme avec son récent trio, Oriane Lacaille retrouve ce goût de la simplicité, du partage, de l’inattendu, de la magie de l’instant et du rêve. Ses textes souvent poétiques évoquent la féminité, la maternité mais aussi les violences domestiques ou le passé esclavagiste de son île et de ses ancêtres qui ont traversé l’Océan Indien entassés dans un bateau, avant d'y accoster.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Oriane Lacaille : chant, ukulélés, aouicha et percussions
Héloïse Divilly : chant, batterie, percussions
Yann-Lou Bertrand : chant, contrebasse, trompette

L'Ep sort le 15 avril
En concert :
Le 19 avril - Studio de l'Ermitage / Paris
Le 13 mai - salle des fêtes / Mainvilliers
Le 14 mai - Le Sax / Achères
Le 10 juillet - Festival Métis / Saint Denis