Publicité

La complainte hypnotique de James Eleganz

Par
James Eleganz - capture écran du clip Loving you by mistake
James Eleganz - capture écran du clip Loving you by mistake
- James Eleganz

Avec les musiciens d'Iggy Pop, son mentor, l’extravagant leader du groupe Success dévoile un nouveau clip.

Après Paper Doll, un premier single rock qui évoquait les grands espaces, Yann Chehu aka James Eleganz, ex-chanteur du groupe électro-rock rennais Success, dévoile un second clip de l’album Hotel Augusta. Les images de Loving You by Mistake, tournées en super 8 présentent un personnage (interprété par James Eleganz) plongé dans la nostalgie de son  voyage de noces en Californie. L'idylle n'est plus qu'un lointain souvenir. L’alcool aidant, désabusé, il décroche le drap de son amour perdu et sombre avec. Si le choix de la partenaire est une erreur, Loving you by mistake est aussi un prétexte pour signifier la perte, précise la note d'intention. «Par son ancrage géographique, le titre aborde la fascination qu’exerce la ville de Los Angeles sur le narrateur. Bien plus qu’une mégalopole de Californie, la femme-ville est une icône pop. Portée par l’originalité de son rythme, la chanson est une transe vénéneuse. Le gimmick de synthétiseur sonne comme la flûte du charmeur de serpent »:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce fascinant album aux plages sombres rappelle parfois les ambiances singulières des chansons de Bashung, David Bowie, Nick Cave, Bertrand Burgalat ..... Il est produit avec l’arrangeur Larry Mullins aka Toby Dammit, ex-batteur d’Iggy Pop, claviériste des Bad Seeds, avec lequel il avait déjà réalisé l’album The Only One. « Sa particularité, c’est qu’il a joué avec Iggy Pop et que maintenant, il est chez les Bad Seeds. Pour moi, ce sont mes deux jambes. » Bertrand Burgalat, compositeur et patron du label Tricatel est aussi de la partie en tant que bassiste ainsi que Mike Watt, fondateur de Minutemen et bassiste des Stooges ainsi que Geoffrey Burton, guitariste d’Arno, Bashung, Iggy Pop, Sophie Hunger, Grace Jones, Rodolphe Burger. Chacun a mis sa patte en toute liberté ou presque pour mettre en lumière les textes enregistrés en anglais.

Publicité

L’album a été réalisé pendant le confinement à Berlin, la ville où vit Larry Mullins. « Le confinement était pire qu’en France, précise le chanteur, on s’est retrouvé dans un bel hôtel, dont on était les seuls clients ! On a fait tous les arrangements, les synthétiseurs, à deux, et le dernier jour du mixage, Larry m’a dit, ‘pour moi ce disque sera toujours celui de l’hôtel Augusta’. Alors que l’album devait s’appeler Night Thoughts, je me suis dit qu’Hôtel Augusta, ça sonnait beaucoup mieux ! »

Hotel Augusta est sorti le 7 octobre sur le label ZRP.

En concert le 11 septembre au festival I’m From Rennes.

Club Jazzafip
1h 25