Publicité

La pop élégante et voyageuse d'Ariel Tintar

Par
Ariel Tintar
Ariel Tintar
- Nikolaz le Coq

Le multi-instrumentiste et chanteur martiniquais partage "Es Ou Ka Sonjé", premier titre majestueux d'un EP à la poésie pop finement orchestrée et libératrice.

Il va faire l’ouverture des prochaines T rans Musicales à l’Ubu, Ariel Tintar n’est pourtant pas un nouveau venu sur la scène musicale. Échappé du groupe Pendentif, c’est sous le pseudo d’Ariel Ariel que l’artiste avait sorti en 2016 le EP Mwen Menti. Aujourd’hui c’est sous son propre nom que le musicien, qui a tourné avec Angèle, Charles X ou Crystal Murray, présente son nouveau projet. Une démarche autant artistique que personnelle que le Bordelais d’adoption développe dans les cinq titres d’un EP poétique et cathartique don’t la musique précieuse navigue entre acoustique et électronique, entre les Caraïbes et l’Occident.

« J’avance dans le monde, vers moi-même. Vers ce qui m’inspire, vers ce que je trouve beau. Et j’ai envie de dire que c’est mon ambition est là, toute simple » déclare le multi-instrumentiste et chanteur qui dévoile le titre Es Ou Ka Sonjé illustré par une vidéo de Bertrand Touchard.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Écrit comme un carnet de voyage intime, le disque rayonne de cette inspiration libre et luxuriante puisée dans ses racines antillaises et au fil de ses rencontres avec des musiciens et ses nombreux périples comme au Maroc ou à Brasilia, ville du producteur afro-brésilien João Pedro Mansur qui a co-arrangé cette collection de titres. Une richesse musicale, complexe et chaleureuse, portée par la pureté et la force émotionnelle du chant d'Ariel Tintar qui déclame sa poésie en français ou en créole, évoquant l'amour, le racisme vécu en Martinique et en métropole par son père ou les cicatrices du déracinement et d'une recherche d'identité.

« J’ai passé toutes ces années à rencontrer des gens qui m’ont rapproché de ce que je suis le plus, de cette identité d’être noir, d’être artiste dans cette société. J’ai une nouvelle équipe de travail avec qui les questions du déracinement ou de l’isolement sont véritablement en nous et avec qui il est plus tranquillisant de travailler ».