Publicité

La transe amérindienne du saxophoniste Cochemea

Par
Cochemea Gastelum / Daptone Records
Cochemea Gastelum / Daptone Records
© Autre

Pilier du groupe The Dap-Kings, le multi-instrumentiste signe chez Daptone l'album "All My Relations", un voyage spirituel inspiré par ses ancêtres Yaquis et Apaches.

Connu pour sa longue contribution au sein de de la House of Soul Daptone Records, Cochemea Gastelum  est devenu en quinze ans un acteur majeur de la scène jazz funk, afrobeat et soul de Brooklyn. Antibalas, Budos Band et les Dap-Kings lui doivent quelques-unes de leurs meilleures productions, à l'instar de la défunte diva soul Sharon Jones  qu'il a longtemps accompagnée et pour laquelle il a écrit et arrangé les titres de l'album Give The People What They Want.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En 2010, le saxophoniste et flûtiste, compositeur et musicologue se lançait dans l'aventure solo avec The Electric Sound Of Johnny Arrow, un sommet de jazz protéiforme et rêveur proche du spiritual jazz hypnotique et des envolées psychédéliques de son nouvel album All My Relations  attendu le 22 février. Pour ces dix titres basés sur les mélodies et le rythme, Cochemea s'est connecté à ses racines Yaquis et Mescaleros, une tribu Apache du Mexique, ancêtres de son arrière-grand-mère. L'artiste y prône l'harmonie et célèbre la beauté de l’existence et ses origines dans une série de voyages imaginaires où les rituels de ses ancêtres croisent ceux des aztèques (Mitote) ou des prières venues d''Inde (Asatoma).

Publicité
Cochemea Gastelum / Daptone Recods
Cochemea Gastelum / Daptone Recods
© Autre

D’origine mexicaine, né et élevé par des parents musiciens à San Diego, celui que l’on surnomme « Cheme » a débuté sa carrière en participant aux tournées du groupe jazz-funk Robert Walter’s 20th Congress avant de s'installer à New York en 2002. Inspiré par le saxophoniste Eddie Harris, l'ethio jazz de Mulatu Astatqe ou l'afrobeat de Fela Kuti, l'artiste a collaboré avec Amy Winehouse sur l'album Back to Black, avec Archie Shepp, Public Enemy, The Roots, Quincy Jones, David Byrne & St. Vincent, Mark Ronson, Rick Rubin ou Menahan Street Band.

À LIRE AUSSI : My world is gone

À LIRE AUSSI : Soul of a Woman