Publicité

"Le Tioko​-​Tioko", l'album oublié du Malien Idrissa Soumaoro

Par
Idrissa Soumaoro en 1977
Idrissa Soumaoro en 1977
- Mr Bongo

Le label Mr Bongo réédite cet album rare enregistré à Bamako en 1978 avec l'orchestre de jeunes non-voyants l’Eclipse de L’IJA et gravé en vinyle en Allemagne de l’Est.

Originaire de la commune rurale Ouélessébougou proche de Bamako, le chanteur et polyinstrumentiste Idrissa Soumaoro est de ces musiciens mêlant l'art à l'enseignement et dont les engagements profonds expliquent peut être une discographie bien trop rare. Jusqu'à aujourd'hui seulement deux albums témoignaient des talents de compositeur et d'interpète de cet artiste avec Köte en 2003 et Djitoumou en 2010 avec la participation d’Ali Farka Touré.

L'ancien étudiant de l'Institut national des arts de Bamako avait gravé à la fin des années 60 quelques titres pour l'ORTM Télévision nationale comme Ancien combattant popularisé plus tard par le Congolais Zao. Après ses études il s'engage dans l'enseignement de la musique aux non-voyants et fonde l’orchestre de l’Institut des jeunes aveugles : l’Eclipse de l’IJA où débutèrent Amadou Bagayoko et Mariam Doumbia avant de former leur duo Amadou et Mariam.

Publicité

En 1978, il enregistre l'album Le Tioko​-​Tioko avec L’Eclipse De L’I.J.A. à Radio Mali avec l'aide de Boubacar Traoré, un chef-d'œuvre de groove malien old school avec ses riffs d'orgue hypnotiques, sa basse funk, ses guitares ondulantes et ses chœurs incantatoires. Un album précieux qui n'a jamais été commercialisé, uniquement distribué de manière indépendante via l'Association malienne des aveugles à Bamako.

L'histoire veut que les bandes avaient été emportées par des étudiants maliens à Berlin-Est dans le cadre d'un programme d'échanges et c'est en RDA que le disque a été pressé et publié sur le label Eterna, propriété de l'État communiste. Seules quelques caisses de vinyles furent envoyées à Bamako. Devenu un objet de convoitise pour les collectionneurs, Le Tioko​-​Tioko peux enfin inonder la planète de ses rythmes contagieux, grâce au travail minutieux du label britannique Mr Bongo.