Publicité

Le vol majestueux de David Linx, Guillaume de Chassy et Matteo Pastorino

Par
David Linx Guillaume de Chassy Matteo Pastorino
David Linx Guillaume de Chassy Matteo Pastorino
- Jeff Ludovicus

Le vocaliste belge et le pianiste français dévoilent "Drown Out The Noise", un clip extrait de leur voyage exquis dans les partitions de Bach, Chopin, Rachmaninov, et Ravel

Pour l'album On Shoulders We Stand, le trio a décidé de se mettre à l'épreuve et de jouer avec le feu. Guillaume de Chassy a retranscrit pour la voix des thèmes écrits pour piano de Bach, Chopin, Rachmaninov, Schubert, Mompou, Scriabine, Chostakovitch et Ravel. Le funambule David Linx, particulièrement à l'aise sur ces partitions, leur a prêté ses mots et les emmènent au-delà de la virtuosité, avec une précision extrême, vers une douceur divine quand le clarinettiste sarde Matteo Pastorino les subliment avec son phrasé poétique et un son magistral. « Nous n’inventons rien totalement ; nous nous tenons sur les épaules des grands créateurs qui nous ont précédés ou de ceux que nous côtoyons aujourd’hui : musiciens, peintres, écrivains … ces géants nous soutiennent et nous inspirent chaque jour ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les partitions de ces illustres compositeurs de musique classique « constituent la langue maternelle de Guillaume de Chassy dont les transcriptions ouvrent des espaces de liberté au clarinettiste sarde Matteo Pastorino », précise un communiqué. Le pari de marier ces deux langages que sont le jazz et le classique est tout à fait réjouissant. David Linx, Guillaume de Chassy et Matteo Pastorino inventent ici une musique intemporelle à écouter religieusement.

Publicité

"On Shoulders We Stand" sort le 18 novembre sur le label allemand Enja, basé à Munich.

En concert :
Le 10 novembre au Sunside, Paris 
Le 9 février au Petit Faucheux, Tours