Publicité

Les "États d’âme" aériens de Fantastic Mister Zguy

Fantastic Mister Zguy - Photo de Roland de Cazotte
Fantastic Mister Zguy - Photo de Roland de Cazotte

Le chanteur parisien nous embarque dans ses promenades indie-pop désinvoltes.

L’auteur-compositeur-interprète Ghislain Chavanne alias Fantastic Mister Zguy, nous fait découvrir son univers ludique. Après des années d'enregistrement dans sa chambre, en 2017 il sortait le titre Shrimp Fishery, suivi de deux disques et trois EPs. Aujourd’hui il présente son troisième album, dont un titre avec l'ami Gaetan Nonchalant. C'était en mai 2020, juste après le premier confinement. Partageant le plaisir d'une bière et fredonnant ensemble, il lui a dévoilé une de ses dernières chansons. "Trois semaines plus tard, explique-t-il, nous voilà comme des enfants au studio Tropicalia à chanter, discuter et rire. Et c’est ainsi que je commençais l’enregistrement de ce troisième album" :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Egalement dessinateur à mi-chemin entre la bande dessinée et le dessin pour enfants, Fantastic Mister Zguy écrit "comme ça vient", avec la sincérité de Katerine, sans chercher à faire de belles phrases. Ses mots simples nous parlent de tristesse et de peurs "qui peuvent parfois nous submerger" mais aussi de voyage et d'amour, comme ce titre partagé avec Th Da Freak, le rocker aux cheveux bleus   : 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour ce troisième album, conçu comme un antidote aux malheurs du monde, Fantastic Mister Zguy chante en anglais et en français et s'illustre avec les clips de Margaux Jaudinaud.  

J’ai pris un grand plaisir à chanter ma langue natale. Ça n’a pas bouleversé ma manière d’écrire, au contraire, j’ai le sentiment d’avoir écris de manière très naturelle.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À découvrir aussi : « Sand », le grain de charme de Balthazar

À écouter aussi : La saudade lumineuse de Dom La Nena