Publicité

Les états d’âme d'Oumou Sangaré sur "Sarama"

Par
Oumou Sangaré - Photo Holly Whittaker
Oumou Sangaré - Photo Holly Whittaker
- Holly Whittaker

La diva voix malienne lève le voile sur son nouvel album "Timbuktu" écrit pendant le confinement à Baltimore et co-réalisé par Pascal Danaë de Delgres et son ingénieur du son Nicolas Quéré.

Artiste libre et indéfectible militante des droits des femmes depuis ses débuts en 1989 avec l'album Moussolou, Oumou Sangaré a gravé depuis quelques-unes des plus belles œuvres de la musique africaine contemporaine. Après avoir capturé en 2020 toute la beauté et la force de la musique Wassoulou sur la version acoustique de son dernier album studio, Mogoya, la chanteuse malienne s'est installée à New York puis à Baltimore où elle a vécu les diverses périodes de confinement.

Une période d'isolement propice à l'introspection et à l'écriture de nouvelles chansons. Avec son complice de toujours, le joueur de kamele n'goni (luth traditionnel) Mamadou Sidibé, Oumou Sangaré a ainsi donné naissance à dix des onze chansons de son nouvel album Timbuktu, attendu le le 29 avril chez World Circuit.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"La musique est en moi. Sans elle, je ne suis rien, et rien ne peut me l'enlever ! J'ai mis ma vie dans ce disque, toute ma vie, cette vie dans laquelle j'ai connu la faim, l'humiliation de la pauvreté, et la peur, et dont je tire aujourd'hui la gloire" déclare l’ancienne petite vendeuse d’eau des rues de Bamako devenue star en évoquant les atteintes à sa personne due à la notoriété dans ce premier titre Sarama.

Enregistré entre les États-Unis, le Mali et la France, Timbuktu tisse des liens sonores intimes entre les instruments traditionnels d'Afrique de l'Ouest et ceux liés à l'histoire du blues, notamment le kamele n'goni et ses lointains héritiers, le Dobro et la guitare slide. Une fusion irrésistible de musique folk, rock et de rythmes traditionnels Wassoulou sur laquelle, Oumou Sangare pose de sa voix puissante ses réflexions spirituelles, poétiques et militantes en abordant la langueur amoureuse, l’actualité politique inquiétante du Mali, la condition des femmes africaines, la solitude, l'exaspération ou la compassion.

Oumou Sangaré est en concert le 15 mai à La Cigale à Paris.

A%20voir : L'album%20%22Acoustic%22%20d'Oumou%20Sangar%C3%A9%20en%20%C3%A9coute