Publicité

Les labyrinthes new age de Sufjan Stevens

Par
Sufjan Stevens à Boston en 2016 (Burak Cingi/Redferns)
Sufjan Stevens à Boston en 2016 (Burak Cingi/Redferns)
© Getty

Le songwriter américain retrouve son beau-père Lowell Brahms pour un saut de l’ange dans l’immensité synthétique.

Sufjan Stevens, l'homme aux mille visages ? Voilà bientôt 20 ans que la voix frissonnante de ce musicien aux cordes innombrables parcourt l’échine des vastes étendues folk, couronné en cela par une nomination à l’Oscar de la meilleure chanson originale pour son joyau Mystery Of Love en 2018. Mais année après année, ce natif de Detroit s’est également sans cesse distingué pour son appétence insatiable à l’expérimentation, naviguant à cœur ouvert dans les hauts fonds de l’electronica, de la pop ou encore du rap alternatif - gagnant d’ailleurs le respect des plus grands parmi lesquels Kendrick Lamar, Mac Miller ou encore Childish Gambino.

Le talent musical exceptionnel de Stevens semble finalement lui brûler les doigts, jusqu’à l’aimanter continuellement vers de nouveaux horizons loin de ses pâturages folk. Annoncé pour le 27 mars prochain, son nouvel album Aporia forme ainsi une trajectoire jusqu’ici inconnue dans la déjà longue carrière du quadragénaire, celle de l’immensité des musiques ambient. Connu pour ses inclinaisons spirituelles, Sufjan Stevens parle d’ailleurs plus volontiers de musique new-age lorsqu’il décrit ce nouveau projet synthétique concocté avec son beau-père Lowell Brahms, un personnage capital dans son itinéraire artistique et qui fonda avec lui le label Asthmatic Kitty à la fin des années 90.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Démarrant sur une triade cosmique que ne renierait pas Brian Eno, le premier extrait dévoilé soulève ainsi très vite la poussière et l’émotion de synthés d’un autre âge, croisés il y a bien longtemps au détour des pyramides futuristes de Blade Runner. Ce hors-d’œuvre prometteur baptisé The Unlimited s’accompagne bel et bien d’une mise en images totalement new age, où des éléments naturels semblent fusionner dans un long crépuscule psychédélique. En forme d’indice supplémentaire pour deviner la suite, Sufjan Stevens a mis en ligne sous forme de playlist une collection de titres ayant influencé ce projet et où se croisent les Warpiens de Board Of Canada, l’icône Peter Gabriel ou encore, sans surprise, le totem grec Vangelis. 

À écouter : C’est déjà Noël avec Sufjan Stevens

À écouter : Exclu : « Leïla Nova », le nouvel album de Ko Shin Moon

À écouter : Un inédit de Boards of Canada pour les 30 ans du label Warp

Aporia / Asthmatic Kitty
Aporia / Asthmatic Kitty