Publicité

Les mélopées pop enivrantes d'Ezéchiel Pailhès

Par
Ezéchiel Pailhès
Ezéchiel Pailhès
- Alice Sfintesco

L'artiste dévoile un premier titre de son quatrième album, inspiré par les oeuvres passées de poétesses françaises qu'il mêle à ses mélodies pop oniriques.

D'une formation classique et jazz à son duo électro-acoustique Nôze avec Nicolas Sfintescu et aux musiques de films, Ezéchiel Pailhès manie aussi bien les rythmes que la musicalité des mots qu'il sublime depuis ses débuts solo en 2013 avec l'album Divine. L'artiste a progressivement ciselé une synth pop onirique remarquable, trouvant l'inspiration dans les écrits des grands auteurs et poètes pour ses balades légères ou mélancoliques. Deux ans après son troisième album, Oh !, Ezéchiel revient cette automne avec l'oeuvre Mélopée sur le label Circus Company.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La poésie fredonnée d'Ezéchiel Pailhès semble chalouper sur le titre Mélopée, dansant sur des mélodies électro venues d'une île lointaine. Une balade écrite peu de temps après que l'auteur ait redécouvert un tas de comédies musicales; « Je voulais composer une chanson qui mêlerait légèreté et tourment, comme dans ces films » se souvient-il.

Publicité

C'est après la lecture de deux sonnets de Renée Vivien qu'il a fait siennes les métaphores naturalistes de la poétesse britannique faisant allusion au plaisir, mais aussi aux peines et aux envies déclenchées par la luxure et l'amour physique. Après William Shakespeare, Victor Hugo ou Pablo Neruda, Ezéchiel Pailhès s'est aussi inspiré de poèmes écrits aux 16e, 18e et 19e siècles par des auteures comme Louise Labé ou la pionnière du romantisme Marceline Desbordes Valmore pour trouver ses propres mots.