Publicité

Les polyrythmies hypnotiques du Red Desert Orchestra d’Eve Risser

Par
Eve Risser - Eurythmia
Eve Risser - Eurythmia
- Marc-Chesneau

Avec l'album "Eurythmia", la pianiste, compositrice tisse une dentelle entre musiques d'Afrique de l’Ouest et européennes, entre techno, transe, musique contemporaine, groove et jazz.

Toujours en quête d'aventure humaine autant que musicale, Eve Risser, ex-membre du collectif Umlaut et fondatrice de la compagnie ReVeR, est une des compositrices et improvisatrices les plus passionnantes de la scène européenne. Avec son Red Desert Orchestra, elle embarque musiciens et musiciennes de son continent et d'Afrique dans une transe où les genres s’estompent. Le but ultime étant de se relier à la danse, au son des balafons, djembés et bara et de se faire du bien à l'âme. C'est une joie profonde qui se dégage à l'écoute assidue de l'album Eurythmia riche de ses racines multiples. Puis vient l'addiction :

Eurythmia c'est donc neuf musiciens du Red Desert Orchestra qui jouent avec trois musiciens burkinabè vivant en France. « Cet Orchestre a pris la suite du White Desert Orchestra. Mes influences du moment étaient le Mali, mon travail avec le Kaladjula Band et Nainy Diabaté. C’est un travail avec des gens et avec le corps : la recherche de transe douce pour Eurythmia et de la danse pour Kogoba Basigui (lorsque le groupe joue avec six femmes maliennes), les deux programmes que nous portons avec cet orchestre » (...) Avec le Red Desert Orchestra Eve Risser « se paye le luxe du "long terme", explique-t-elle. Voir comment la musique peut s’ancrer en nous et habiller le groupe jusqu’à la peau et avec le temps qui passe ».

Publicité

Sortie de l’École Nationale de Musique de Colmar en tant que flûtiste et pianiste, avant d’entrer au CNSM de Paris, Eve Risser intègre l'Orchestre National de Jazz entre 2008 et 2013. Du piano de récital et du temps ordonné de la partition classique, elle est passé au piano préparé, à la musique créative et méditative pour chercher de nouvelles techniques, de nouveaux sons, notamment au sein du collectif Umlaut puis avec les projets de sa propre compagnie.  Elle œuvre dans une dizaine de formations expérimentales, du solo au large ensemble avec toujours en ligne de mire, la prise de risques pour sculpter des images et des paysages, pour créer du vivant. .

En concert le 27 mai 2023 à la Maison de la Radio à Paris