Publicité

"Leylim Ley", les amours perdues d’Altın Gün

Par
Les six d'Altın Gün version 2022
Les six d'Altın Gün version 2022
- Catharina Gerritsen

Le sextet turco-néerlandais annonce un nouvel album et dévoile un premier single électrique en forme de spleen cosmique.

Altın Gün est de retour. Cette formation turco-néerlandaise, fascinée par la scène alternative stambouliote des années 70, annonce aujourd’hui la sortie d’un nouvel album pour le printemps prochain. Un quatrième disque en l'espace de quatre années seulement pour ce sextet emmené depuis sa création par le Batave Jacco Gardner. Et le défi, toujours, de pouvoir renouveler une formule où des rythmes anatoliens cinquantenaires sont revisités dans une version groove-rock psychédélique. Une recette qui a fait leur succès en live et leur a offert une reconnaissance éclair, alors que le groupe arpentait dès sa création les scènes de toute l’Europe au cours d’une tournée-marathon.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Attendu au mois de mars prochain sur le label Glitterbeat, ce nouveau long-format ne livre pas encore son nom de baptême définitif. Il faudra également attendre pour en savoir plus sur la trajectoire générale du petit frère de Yol, un disque publié l'an passé et qui avait propulsé la formule initiale d'Altın Gün dans une intention rétro-futuriste assumée. Un premier titre, pourtant, vient d’être dévoilé par le groupe en guise de prélude séduisant. Baptisé Leylim Ley, il s’agit d’une reprise d’un classique turc évoquant l’exil et les amours perdues. Un titre populaire, se basant sur les vers du poète Sabahattin Ali et la partition du musicien folk Zülfü Livaneli, et qui au fil de cette relecture électrique prend les allures d’un véritable spleen cosmique.

Publicité