Publicité

Mario Lucio, aux frontières de l’humanité

Par
Mario Lucio
Mario Lucio
- Jorge Simao

Le chanteur et guitariste cap-verdien dévoile le clip poignant d'un titre de son nouvel album "Migrants" qui appelle à l'harmonie entre les cultures.

Une chaîne, la détresse, une embarcation de fortune sur l'ancienne route des négriers, le froid, le brouillard, l'accostage sur terre en pleine nuit. Et la bouée de l'ultime secours, lancée mais trop tard. Le clip en noir et blanc de André Sousa et João Monteiro filme « un navire blanc de blancs qui méprise un bateau noir de noirs » dit la chanson. Pendant que les uns sont en vacances, les autres fuient la misère. « Certains ont dit "sauvons-les". D'autres ont dit que nous ne les avions pas vus. Ce n'est pas notre problème ». Une simple guitare acoustique, quelques discrètes percussions, des chœurs éthérés, la voix pleine de fragilités de Mario Lucio et la cadence s'emballe, celle du combat désespéré pour la vie :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L’hospitalité est un devoir absolu envers nos semblables. C'est semble-t-il, un des messages subliminaux de ce titre extrait du dixième album de Mario Lucio, arrangé et produit par le multi-instrumentiste de Porto, Rui Ferreira. Si Migrants rend hommage à tous ces êtres fuyant la guerre, les persécutions ou la misère, et pour beaucoup, morts sans laisser de traces lors de leur voyage par la mer ou la terre, il célèbre aussi les racines multiples du Cap-Vert. Aux mornas, coladeiras et funanas, il ajoute des influences afro-cubaines et des sonorités nouvelles. « Cet album porte tout le Cap-Vert et l'Afrique, mais dialogue avec toutes les esthétiques musicales que les migrations ont rendues possibles », dit Mario Lucio.

Publicité

Après une pause musicale de quelques années, ce nouveau disque est l'occasion pour l'ex-ministre de la culture du Cap-Vert, fondateur du groupe Simentera, chanteur, guitariste, compositeur, écrivain, penseur et chantre de la créolisation, de partager avec nous ses souvenirs d'enfance dans l’île de Santiago, ses voyages, sa croyance dans la religion yoruba, ses réflexions sur le métissage et plus que jamais le partage, l'amitié et l'espoir.

Migrants sort le 18 sur le label MDC

En concert à La Cigale à Paris le 24 janvier en ouverture du Festival au Fil des Voix dont FIP est partenaire