Publicité

“Misia”, l’envolée lumineuse de Revue Blanche

Par
Revue Blanche
Revue Blanche
- Erika Rodin narrow L

L’ensemble belge de musique de chambre vocalo-instrumental sort un nouvel album novateur, en hommage à l'égérie et mécène Misia Godebska.

A l’occasion de son dixième anniversaire, l’ensemble Revue Blanche retrouve ses racines dans la musique luxuriante d'un Paris du tournant du siècle. La chanteuse lyrique (soprano) Lore Binon, la flûtiste Caroline Peeters à la flûte, l'alto Kris Hellemans et la harpiste Anouk Sturtewagen rendent hommage à la fougueuse et débridée Misia Godebska (1872-1950), connue aussi sous le nom de Marie Sert, qui fut nommée à la belle époque "la reine de Paris". La vie de gloires et de tragédies de cette figure des salons parisiens aux amours tumultueuses a inspiré beaucoup d'artistes, de Proust à Renoir en passant par Coco Chanel. D’origine belgo-polonaise, la très courtisée Misia, aujourd'hui méconnue, fut une figure incontournable du monde musical français au début du 20ème siècle.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le quatuor atypique propose un répertoire qui mêle la musique de chambre instrumentale et l'univers vocal, explorant et dépassant leurs frontières respectives. Il aime aussi parfois frotter son art à la danse, à la littérature, aux arts plastiques et visuels, ou encore à l’électronique. Son nom fait référence à la revue littéraire et artistique d'avant-garde Revue Blanche fondée à Paris par les frères Natanson (1889-1903), qui accueillait des hommes politiques et des artistes comme Proust, Toulouse-Lautrec, Gide, Apollinaire, Claudel, Verlaine... Elle renvoie à l'idée de la page vierge, invitant à tous les possibles. C'est ainsi que l'ensemble fait sienne la "liberté de parole" du magazine et s'inspire de cette période dans la compositions de leurs programmes.

Publicité

L'album fait revivre quelques trésors comme Trois Morceaux en forme de poire de Satie, la Sonatine de Ravel, Extase d'Henri Duparc, les Six Madrigaux de Mallarmé de Louis Durey, quelques-unes des Douze Mélodies de Déodat de Séverac, les Six Poèmes de Paul Eluard de Georges Auric ou encore L’Adieu à la vie d’Alfredo Casella. Toutes les pièces célèbrent la figure de la Belle époque que fut Misia.

Misia est sorti le 13 avril sur le label Antarctica