Publicité

Neil Young étoffe sa série de bootlegs avec trois nouveaux albums

Par
Neil Young sur scène à Londres le 12 juillet 2019. (Dave J Hogan)
Neil Young sur scène à Londres le 12 juillet 2019. (Dave J Hogan)
© Getty - Dave J Hogan

L’icône folk annonce la sortie le 6 mai prochain de rares concerts enregistrés dans les années 70, trois premiers extraits à découvrir dès maintenant.

Le coffre aux trésors est encore loin d’être vide du côté de Neil Young. Toujours niché dans sa demeure au fin fond du Colorado, il faudra encore attendre quelque temps avant de revoir sur scène l’icône folk en chair et en os aux côtés de son groupe culte Crazy Horse avec lequel il a signé un nouvel album intime en décembre dernier. Voilà en effet bientôt trois ans qu’on n’a pas aperçu le vieil activiste en concert, d’abord du fait du contexte sanitaire, puis désormais du fait que le Canadien - très engagé sur l’urgence climatique - entend que sa prochaine tournée soit totalement neutre en carbone.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ces considérations mises à part, Neil Young n’entend en tous cas pas perdre de temps et poursuit son œuvre d’auto-documentation d’une carrière longue de plus de cinquante ans en étoffant aujourd’hui son Official Bootleg Series. Cette collection, amorcée à l’automne dernier avec la publication de son concert de 1970 au Carnegie Hall, s’enrichira ainsi le 6 mai prochain de trois nouveaux enregistrements rares sans être véritablement inédits, le principe même de cette série étant de proposer en qualité supérieure des pépites qui ont longtemps circulé en version pirate sous le manteau des fans.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans la droite ligne du premier volume, ce sont donc des concerts américains captés au début des années 70 qui se dévoileront d’ici quelques semaines. Les deux premiers, Royce Hall et Dorothy Chandler Pavillion, sont totalement acoustiques et issus d’une même tournée qui s’est achevée à Los Angeles en 1971. Le troisième enregistrement est un peu plus récent et comprend le concert-surprise que le guitariste a donné au Bottom Line à New York en 1974, un show qui précède de peu la sortie de son cinquième (et sombre) album On the Beach dont plusieurs titres furent d’ailleurs joués ce soir-là tel que ce Revolution Blues à découvrir dès maintenant.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.