Paul Schrader - 70éme Festival de Venise - Photo d'Alessandra Benedetti/Corbis via Getty
Paul Schrader - 70éme Festival de Venise - Photo d'Alessandra Benedetti/Corbis via Getty
Paul Schrader - 70éme Festival de Venise - Photo d'Alessandra Benedetti/Corbis via Getty
Paul Schrader - 70éme Festival de Venise - Photo d'Alessandra Benedetti/Corbis via Getty
Paul Schrader - 70éme Festival de Venise - Photo d'Alessandra Benedetti/Corbis via Getty
Publicité
Résumé

En écho à la rétrospective du Forum des images à Paris, FIP vous embarque dans l'univers tranchant du scénariste-réalisateur que nous avons interviewé.

En savoir plus

FIP met tous les dimanches le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de musique de films. Une émission présentée par Susana Poveda et Pierre François et réalisée par Denis Soula .

Paul Shrader est né dans le Michigan. Élevé au sein d'une famille calviniste qui lui interdisait de voir des films, la thématique du péché et de la rédemption marque toute son oeuvre. Il découvre le cinéma à l'âge de dix-huit ans à Los Angeles. Comme les jeunes de sa génération, il est marqué par une Amérique crucifiée sur l’autel de ses rêves de conquête. Ancien critique et historien de cinéma, admirateur de Bergman ou encore de Bresson, Breyer et Ozu sur lesquels il a écrit un essai, il devint une des figures pensantes et marquantes du Nouvel Hollywood des années 70. 

Publicité

Inspiré par le cinéma d'auteur européen et le spiritualisme asiatique il cosigne tout d'abord le scénario de Yakuza sur la pègre japonaise, un hommage occidental au "Yakuza eiga", un genre très populaire descendant des films de samouraïs. Le film réalisé par Sydney Pollack oppose les cultures occidentales et orientales et critique l’impérialisme américain. La BO est signée Dave Grusin. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Si Paul Schrader s'est fait connaître pour son travail de scénariste notamment auprès de Brian De Palma sur le film Obsession ou avec Martin Scorsese sur Taxi Driver, Raging Bull et La Dernière tentation du Christ., il a aussi commis une vingtaine de réalisations à l'esthétique singulière de Patty Hearst à Dog Eat Dog en passant par La Féline ou American Gigolo. 

Obsession rend hommage à Vertigo d'Hitchcock et met en scène un riche homme d'affaires joué par Cliff Robertson, dans un rôle initialement prévu pour Richard Burton, dont la femme et la fille se font kidnapper et tuer. Vingt ans plus tard il rencontre le sosie de son épouse. Bernard Herrmann, le compositeur fétiche d’Alfred Hitchcock, signe la musique. 

Dans le cultissime film Taxi Driver, Robert de Niro incarne un jeune homme du Midwest traumatisé par la guerre du Vietnam qui découvre les quartiers louches de New-York. Lorsqu’il a écrit le scénario Paul Schrader était en pleine dépression et arpentait les rues la nuit, une bouteille à la main. Le film fut comme une thérapie pour éradiquer le mal. Pour illustrer le conflit intérieur de Travis Bickle, Martin Scorsese, passionné par les ambiances à la "Hitchcockiennes" fait de nouveau appel à Bernard Herrmann qui meurt juste avant la sortie du film. Le thème jazz joué au saxophone alto par Tom Scott fait écho à la solitude du taxi driver :

En 1978, Paul Schrader passe derrière la caméra et réalise Blue Collar, une comédie grinçante et engagée sur le monde de travail dans les usines automobiles Checker à Detroit, où trois ouvriers se battent contre un syndicat corrompu. Il confie la  la musique à Jack Nitzsche :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Suivront Hardcore et son film culte American Gigolo (1980 qui peint la société huppée du Los Angeles des années 80. Remplaçant John Travolta tout d'abord désigné pour le premier rôle, c'est finalement Richard Gere qui incarne l'élégant trentenaire qui vend ses charmes aux riches américaines. Le sex symbol aux allures de gentleman va faire l'objet d'une accusation de meurtre, avant de s'apercevoir qu'il est tombé dans un piège diabolique. Pour Paul Schrader, son film, tel une parabole, est l'histoire d'un long cheminement vers la grâce. Il s'ouvre sur le titre Call Me produit par Giogio Moroder avec le groupe de rock Blondie :  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le film de la maturité serait peut-être Affliction (1997), inspiré par le roman du même nom de Russell Banks. Dans une petite ville du New Hampshire, un policier joué magistralement par Nick Nolte, enquête sur un accident de chasse suspect. Séparé de sa femme et de sa fille qui ne vient pas le voir et marqué par une enfance douloureuse auprès d'un père violent et alcoolique, il est rattrapé par ses démons intérieurs. Une oeuvre sensible et réaliste enrichie par la BO de Michael Brook :  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On se souvient aussi du parfum de scandale qui a entouré The Canyons que Shrader réalisait en 2013 autour de la vie de cinq jeunes adultes en quête de pouvoir, d’amour, de sexe et de succès dans les coulisses d'Hollywood. Le scénario de Bret Easton Ellis met en scène la star du porno et la rehab star Lindsay Lohan. Le dernier film de Paul Shrader, Sur le chemin de la rédemption, peint un monde au bord de la rupture et questionne la place de la foi à une époque où la technologie et l’argent sont au pouvoir. Ethan Hawke, magistral, incarne un prêtre détruit par l'individualisme d'une société inactive face aux dangers climatiques qui menacent l’humanité.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En savoir plus : Les musiques d'Anouk Aimée

En savoir plus : La séquence des auditeurs

Références

Programmation musicale

  • 19h59
    How Deep Is The Ocean
    How Deep Is The Ocean
    Jimmy Rowles
    How Deep Is The Ocean
    Album Nature Boy (1978)
    Label MUSICA RECORDS (MUS 3 026)
  • 20h10
    Taxi driver : Theme from 'taxi driver'
    Taxi driver : Theme from 'taxi driver'
    Bernard Herrmann
    Taxi driver : Theme from 'taxi driver'

    Interprètes Tom Scott

    Album Bof / Taxi driver (1976)
    Label ARISTA
  • 20h15
    Goodbye, so long
    Goodbye, so long
    Ike And Tina Turner
    Goodbye, so long
    Album Bof / Blue collar (1975)
    Label EDSEL (EDCD 435)
  • 20h18
    Way back home
    Way back home
    The Jazz Crusaders
    Way back home
    Album Old socks new shoes new socks old shoes (1970)
    Label MO JAZZ
  • 20h43
    GRAND ROYAL
    GRAND ROYAL
    DAS KINO
    GRAND ROYAL

    Interprètes DAS KINO

    Album The call of a vision (2017)
    Label DO YOU LIKE
  • 20h46
    Born in the U.S.A.
    Born in the U.S.A.
    Bruce Springsteen
    Born in the U.S.A.
    Album Born in the U.S.A. (1984)
    Label COLUMBIA
  • 20h53
    Etrange séduction : Theme from ""The comfort of strangers"" (main title)
    Etrange séduction : Theme from ""The comfort of strangers"" (main title)
    Angelo Badalamenti
    Etrange séduction : Theme from ""The comfort of strangers"" (main title)
    Album BOF / Etrange séduction (The comfort of strangers) (1990)
    Label CAM (CAM4932812)