Michèle Santoyo aka Belmont Witch (photo : Ella Hermë)
Michèle Santoyo aka Belmont Witch (photo : Ella Hermë)
Michèle Santoyo aka Belmont Witch (photo : Ella Hermë)
Publicité
Résumé

Un podcast qui tend l’oreille et le micro aux musiciennes, compositrices et interprètes de la scène internationale actuelle. Top départ avec une sorcière du son qui nous arrive du Mexique : Belmont Witch.

En savoir plus

En 2021, la musique continue de figurer parmi les domaines les moins égalitaires. C’est pourquoi FIP prête une écoute particulière et attentive aux jeunes artistes de la scène émergente, invitées à partager leurs réflexions sur le paysage musical contemporain et la place qu’elles y occupent. Pink Note, c'est huit entretiens où se livre la parole intime des premières concernées, suivis de sessions live pour celles et ceux en manque de concerts. Un podcast réalisé par June Loper.

Elles s’appellent Flora, Blondine, Michèle, Lynn, Alissa, Amo… Elles ne sont pas muses mais créatrices et artistes engagées. Elles proposent des ateliers en non-mixité choisie pour former des groupes ou apprendre un instrument. Elles fondent leurs labels, leurs plateformes d’écoute, leurs résidences, leurs festivals… Bref, elles s’arrachent une place qui ne leur est pas donnée d’emblée et en un mot, redonnent sens au terme sororité. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Belmont Witch, c’est un projet porté par Michèle Santoyo. Michèle est mexicaine d’origine mais montreuilloise d’adoption. Son dernier album, Inercia est signé en 2018 chez Buddy Records, un label indépendant franco-berlinois. Elle y chante en français, en espagnol, en anglais. Pour Michèle la musique est une affaire de partage et de mélange. Elle interroge la langue et expérimente dans l’enregistrement du son. Une technique qui renoue avec l’analogique. Ce qu’on entend c’est le résultat d’une pratique DIY dans la tradition punk. Une esthétique Lo-Fi pour low fidelity, comme un air de vieilles cassettes et de bandes magnétiques. 

À réécouter : Sound of Joy #1 : Londres
27 min
A lire aussi : Jazz au féminin
1h 02
Références

L'équipe

June Loper
Production