Camille Pepin / Photo Natacha Colmez-Collard
Camille Pepin / Photo Natacha Colmez-Collard
Camille Pepin / Photo Natacha Colmez-Collard
Publicité
Résumé

Un podcast qui tend l’oreille et le micro aux musiciennes, compositrices et interprètes de la scène internationale actuelle. Episode bonus avec Camille Pépin, Clarisse Dalles et Caroline Ledru.

En savoir plus

En 2021, la musique continue de figurer parmi les domaines les moins égalitaires. C’est pourquoi FIP prête une écoute particulière et attentive aux jeunes artistes de la scène émergente, invitées à partager leurs réflexions sur le paysage musical contemporain et la place qu’elles y occupent. Pink Note, c'est huit entretiens où se livre la parole intime des premières concernées, suivis de sessions live pour celles et ceux en manque de concerts.

A la question quel est votre instrument préféré, Camille Pepin répond : l’orchestre ! L’an dernier, en 2020, elle remporte le prix de compositrice de l’année aux Victoires de la musique classique pour son double concerto pour clarinette et violoncelle The Sound of Trees. Une pièce planante, verdoyante, lumineuse…

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A ses côtés Betsy Jolas est elle aussi nominée dans la même catégorie. Il n’y avait alors pas eu de compositrices lauréates depuis, attention roulement de tambour, 1994. 26 ans sans la trace d’une femme. Un silence à l’image de la construction d’un canon musical classique dans l’histoire, essentiellement masculin. Muse, soeur de, fille de, femme de… c’est presque toujours en ces termes que certaines d’entre elles ont pu négocier leur survie à l’oubli. C’est le cas tristement célèbre de Clara Schumann ou Fanny Mendelssohn.

Les musiciennes, compositrices, interprètes sont là et elles étaient là. Il suffirait presque de leur tendre l’oreille. Pourtant elles continuent largement d’être absentes aux programmes des conservatoires. Caroline Ledru, invitée à partager son analyse, est conseillère aux études au conservatoire du 19e arrondissement de Paris. En 2019, elle contribue à l’ouvrage La Musique a-t-elle un genre ? publié aux éditions de La Sorbonne et nous parlera de son essai : “Quelle place pour les compositrices dans les conservatoires ? Le matériel pédagogique et son impact à la lumière du genre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A leurs côtés en studio, Clarisse Dalles est chanteuse lyrique soprano. Etudiante au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, passée par la maîtrise de Radio France ainsi que l’Académie Musicale de Philippe Jarrousky. On a pu l’entendre chanter à la Cité de la Musique et récemment dans le rôle de la gouvernante du Turn of The Screw (Tour d’écrou), opéra de Benjamin Britten, inspiré de la nouvelle de Henry James. A voir et écouter sur le site internet de la Philharmonie de Paris.

Fermez les yeux et ouvrez grand les oreilles, bonne écoute.

Un podcast de June Loper avec Déborah Dagobert à la prise de son, Laurent Vitre au mixage et Laurent Valero à la programmation musicale. Merci aussi à Taha Benabdelaziz pour participation à la composition du générique.

43 min
39 min
44 min
Références

L'équipe

June Loper
Production