Publicité

Retour vers le futur avec Flying Lotus

Par
Flying Lotus jouant sur Vénus en 2134 |Tim Mosenfelder/Getty
Flying Lotus jouant sur Vénus en 2134 |Tim Mosenfelder/Getty
© Autre

Le producteur californien rallume la flamme de son groove cosmique avec trois nouveaux titres, prélude prometteur à son prochain album "Flamagra".

Il est le trait d’union de toutes les étoiles californiennes qui ont bousculé les frontières du jazz et du rap ces dernières années. Kendrick Lamar, Kamasi Washington et bien sûr Thundercat ont un ami, un complice et un conseiller commun : le génial Steven Ellison alias Flying Lotus.

L’an passé, FlyLo célébrait assez discrètement les 10 ans de son label Brainfeeder, pourtant l’une des aventures musicales les plus excitantes de la fin des années 2000. Digne héritier des Madlib et autres Prefuse 73, le trentenaire avait patiemment élaboré son rap électronique dans plusieurs albums solo parrainés par le label Warp avant d’oser lancer sa propre écurie à l’orée de la décennie. Après des débuts quasi-cryptiques, Brainfeeder signait alors le triomphe de ses comparses avec The Epic en 2015 et Drunk deux ans plus tard, des disques-sommes qui ont fait date dans un courant néo-jazz aussi fusionnel que radical.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans la foulée de You’re Dead, son dernier album solo en date publié en 2014, on retrouvait encore la signature sonore de Flying Lotus sur le chef-d’œuvre de Kendrick Lamar*To Pimp A Butterfly. * Depuis, le Californien a essaimé dans des projets transverses, signant des bandes-originales ou lâchant ponctuellement des titres inédits. Son retour en studio a finalement eu lieu l’an dernier, et c’est désormais le 24 mai prochain qu’est annoncé, toujours chez Warp, son nouveau long-format baptisé Flamagra.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

De ce sixième album nourri par une décennie musicale prolifique, Flying Lotus a déjà dévoilé bien des ficelles. Une pochette en forme de brasier stellaire d’abord, qui témoigne de la fibre futuriste intacte et toujours un peu barrée du Californien. Mais aussi un tracklisting plantureux avec 27 titres annoncés où s’invite un casting de luxe au sein duquel rien de moins qu'Anderson .Paak, George Clinton, Toro y Moi, Solange et, bien sûr, l’inévitable Thundercat.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Surtout, FlyLo a déjà dévoilé trois extraits de ce qui pourrait bien devenir son plus grand disque depuis *Cosmograma. * Après avoir mis en ligne un interlude sépulcral en forme de retour à Twin Peaks avec un David Lynch stupéfiant, le producteur vient de dévoiler Spontaneous, une nouvelle rivière de groove électronique où s’enroule la voix veloutée de Yukimi Nagano, chanteuse suédoise de Little Dragon. Autre ambiance avec ce Takashi, un autre titre mis en ligne cette semaine et qui prend la forme d’une leçon de beatmaking digne de ses premières productions, mêlant jazz, funk et syntés saccadés à la manière de son ancien protégé Dorian Concept. Le printemps risque d'être cosmique.

flying lotus flamagra
flying lotus flamagra
© Autre

À LIRE AUSSI : L'album "Drunk" de Thundercat en écoute intégrale

À LIRE AUSSI : Brainfeeder lâche un inédit de Flying Lotus