Publicité

"Sowal Diabi", un rayon de soleil au cœur des frimas

Par
Sowal Diabi - De Kaboul à Bamako - Photo de Hessam Dashti pour Accords Croisés
Sowal Diabi - De Kaboul à Bamako - Photo de Hessam Dashti pour Accords Croisés
- Hessam Dashti pour Accords Croisés

L’harmonieux projet du collectif "De Kaboul à Bamako", autour de la question des réfugiés, se décline aussi en disque avec Mamani Keïta, Aïda Nosrat, Sogol Mirzaei, Siar Hashimi, Rușan Filiztek et Arat Kilo .

D’après un rapport du HCR, (l'Agence des Nations unies pour les réfugiés), les déplacements forcés touchent plus de 1 % de l'humanité. Et nous savons, quoiqu'en disent certains, que ces personnes obligées de s’enfuir à cause des persécutions ou des guerres, contribuent à enrichir nos sociétés. Sowal Diabi est le nom d’un évènement créé en Belgique il y a deux ans et demi, sous l’impulsion de Saïd Assadi, autour d'une réflexion sur l'apport des réfugiés, Sowal signifiant question en persan et diabi, réponse en bambara. De cette initiative est né aussi un album nommé De Kaboul à Bamako regroupant la chanteuse malienne Mamani Keita, la chanteuse et violoniste iranienne Aïda Nosrat, la joueuse de tar iranienne Sogol Mirzaei, le chanteur et joueur de tembur Rusan Filiztek, grande figure de la musique traditionnelle kurde, le joueur de tablas afghan Siar Hashimi et les musiciens du sextuor français Arat Kilo. Une diaspara de l'espoir est née.

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tout a commencé par deux années de rencontres et de résidences qui ont débouché sur un spectacle de clôture du colloque international Culture For The Future sous l'égide de la Commission Européenne à Bruxelles. Mis en scène par Clara Bauer, se sont réunis des chanteuses, des musiciens, des comédiens et des stylistes ayant connu l’exil, qu’il soit culturel ou physique. Il fut suivi d’un concert organisé dans le cadre du Festival de Venise. La diversité des pratiques musicales, des chants, des timbres, des gammes et des modes fut l'occasion d'oublier un instant l’univers musical de chacun, chacune, façonné par le jazz, le hip-hop, le dub, le flamenco ou encore, la musique bretonne. Le groupe constitué a échangé, cherché, tenté et ajusté la partition pour créer un chemin imaginaire, de Kabul à Bamako :

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.