Publicité

Terence Etc. en quête d'harmonie sur "V O R T E X"

Par
Terence Nance alias Terence Etc.
Terence Nance alias Terence Etc.
- Alima Lee

Le réalisateur et musicien texan publie son premier album, un voyage spirituel autour d'une fusion jazz et R&B se métamorphosant au rythme des émotions de l'artiste.

Artiste multidisciplinaire et aventureux, Terence Nance s'est fait connaître en 2012 pour son film An Oversimplification of Her Beauty puis en 2018 pour sa série HBO Random Acts of Flyness. Musicien, s'est sous le nom de Terence Etc. que le chanteur, guitariste et compositeur de Dallas signait en 2020 son premier EP Things I Never Had, prémisces acoustiques à un long format magistral attendu le 19 août prochain. Produit sur Brainfeeder, l'album V O R T E X porte la signature expérimentale du label de Flying Lotus, laissant le jazz et le groove contemporains trouver l'équilibre dans un tourbillon d'influences musicales et de rythmiques changeantes illustrant la quête spirituelle d'expression et d'équilibre de l'artiste.

« V O R T E X est un outil sonore que j'ai créé pour pouvoir l'écouter moi-même et équilibrer mon énergie entre masculin et féminin, destructeur et créatif, domination et soumission, droite et gauche, soleil et lune, jour et nuit, des énergies opposées en général », explique Terence Nance qui a fait appel à ses amis et collaborateurs de longue date Solomon Dorsey, Nick Hakim et son frère Nelson Bandela. Des dualités et des contradictions qui s'illustrent dans la complexité des différentes combinaisons harmoniques et orchestrales de cette fresque musicale remarquable.

Publicité

Un récit, aussi ténébreux que lumineux, sur les sentiments amoureux qui s'inspire également de la littérature de Louise Erdrich et de Toni Morrison, ainsi que des dessins de Ruby Amanze dont la voix est présente sur V O R T E X. « L'album entend utiliser le son, la mélodie, la chanson, l'incantation, etc. pour rééquilibrer un esprit corporel à travers le mouvement circulaire constant de la vie » conclut Terence Etc.

À lire aussi : Moses Boyd "BTB"