Publicité

« The Border », retour outre-monde pour Nicolas Godin

Par
Nicolas Godin en 2017 à Barcelone (Xavi Torrent/Redferns)
Nicolas Godin en 2017 à Barcelone (Xavi Torrent/Redferns)
© Getty

L’ex moitié du duo Air dévoile une ballade robotique en guise de prélude à son nouvel album solo.

Si leurs aventures à quatre mains appartiennent désormais au passé, les deux têtes du duo Air paraissent tout de même avoir conservé une forme d'harmonie dans le rythme de publication de leurs productions en solo. Alors que Jean-Benoît Dunckel dévoilait en juin dernier un album rempli d’oscillations synthétiques signé avec Jonathan Fitoussi, c’est au tour de Nicolas Godin d’annoncer aujourd’hui son retour en studio avec un nouvel album annoncé pour début 2020.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On avait laissé le producteur versaillais il y a quatre ans alors qu’il signait Contrepoints, un projet expérimental très réussi de 8 reprises de Jean-Sébastien Bach qui traversait alors les registres musicaux. Premier extrait dévoilé de son nouveau disque en solo, The Border suit quant à lui une trajectoire bien plus éthérée sous la forme d’une ballade garnie de synthés cosmiques et de vocodeurs robotiques. Signé par le réalisateur français Alden Volney (Jamie XX, Bobby Womack), le clip accompagnant le morceau est une petite perle new age où les explosions d’Akira et les trous noirs d’Interstellar ne forment qu’une seule et même frontière. 

Publicité

J'ai écrit cette chanson en pensant au grand architecte Mies Von der Rohe. Il a construit le pavillon de Barcelone en 1929 sur la colline de Montjuic à Barcelone et ce bâtiment a balayé tout le passé de l'histoire de l'architecture pour ouvrir une nouvelle page de l'histoire humaine, faisant entrer le monde dans l'architecture moderne.

À écouter : Les synthés chimériques de JB Dunckel et Jonathan Fitoussi