Publicité

The Movers, les titans de la soul sud-africaine

Par
The Movers
The Movers
- Analog Africa

Pour sa 35ème compilation, "The Movers Vol​.​1 - 1970​-​1976", le label Analog Africa exhume les trésors oubliés du groupe originaire du township d’Alexandra, fer de lance du groove militant des seventies.

Lors d'une halte à Johannesburg en 1996, Samy Ben Redjeb est à la recherche de Mbaqanga, également connu sous le nom de Township Jive, et découvre plusieurs titres du groupe The Movers. Dès lors le patron du label Analog Africa part à la recherche des membres de la formation qui connut son apogée au milieu des années 1970 avec notamment son tube Soweto Inn, chanté par Sophie Thapedi, un titre devenu indissociable des révoltes étudiantes et de la résistance au gouvernement de l'apartheid. En 1967 deux musiciens inconnus d’Alexandra, les frères Norman et Oupa Hlongwane s'associent à Kenneth Siphayi qui leur présente l'organiste Sankie Chounyane et le batteur de Sam Thabo. The Movers est né et va connaître un énorme succès en pleine ségrégation raciale avec son cocktail irrésistible de soul et de chansons venues tout droit du cœur des townships.

En 1969, The Movers signe chez Teal Records et sort l'album Crying Guitar qui propulse le groupe au premier rang des groupes sud-africains, devenant la première formation noire à faire passer sa musique sur les stations de radio blanches du pays. Après ses titres instrumentaux, The Movers fait appel à des chanteurs comme Blondie Makhene ou Sophie Thapedi et élargit son spectre musical en enrichissant ses orchestrations avec des cors, des percussions, et en intégrant des éléments de Marabi, Mbaqanga, jazz, funk.

Publicité

Après une douzaine d'albums et d'innombrables singles de pur groove, le groupe voit son manager expulsé en 1976 et ses membres originaux quitter progressivement la formation. Ce premier volet nous permet de découvrir 14 titres où résonnent encore l'orgue souful de Sankie Chounyane, les lignes de guitare ondulentes d'Oupa Hlongwane, la basse funk de Norman Hlongwane et les rythmes du batteur de Sam Thabo.