Publicité

Ti’Kaniki résiste avec son chant d’amour "Molem"

Par
Ti’Kaniki - Cindy Pooch - Capture du clip - Photo Paul-Alain Pages
Ti’Kaniki - Cindy Pooch - Capture du clip - Photo Paul-Alain Pages
- Paul-Alain Pages

Le collectif franco-réunionnais réuni autour d'un maloya métissé, dévoile le clip de son chant méditatif en Banen, une langue du Sud-Ouest du Cameroun.

Les musiciens aux origines et influences du monde entier qui forment le collectif lyonnais Ti'kaniki, sortent leur nouvel album Douz. Dans le groupe, tout le monde chante et joue les différentes percussions. En avant-première voici Molem qui signifie le cœur en langue banen. "C'est un morceau que j'ai écris avec ma mère Line Fouth et qui m'est très précieux" précise Cindy Pooch (ex-chanteuse de The Bongo Hop). Le clip réalisé par Paul Alain Pagès, rend grâce à ses ancêtres et illustre le chemin pour connecter nos âmes avec eux afin de trouver la paix intérieure. Il nous transporte vers un lieu familier où l'on se sent en sécurité. Une nostalgie émane de cette chanson, de ses chœurs et de ses rythmes :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Métissé dès l’origine, le Maloya a été créé par les esclaves d’origine malgache et africaine dans les plantations sucrières, avant de s’étendre à toute la population de l’île de La Réunion et de vivre diverses mutations. Après de longues années de kabars (fêtes anciennement clandestines) et un premier EP Maloya à l'Opéra qui faisait entrer leur musique insulaire et populaire, vectrice de revendications politiques, dans un lieu sacré, Ti’Kaniki suit le fil de sa passion avec “Douz”, un nouvel album prévu le 4 mars. Avec Cindy Pooch, on retrouve les percussionnistes Luc Moindranzé Karioudja et David Doris (Danyel Waro, Groove Lele, René Lacaille, Supergombo), Hadrien Santos Da Silva (Ticora et ex-batteur de Kumbia Boruka), Margaux Delatour du groupe Pixvae, Gaël Champion (Saroyé, Bigre!), la chanteuse Oceane Gado ou encore Jonathan Volson du Cirque Plume. Chaque artiste interprète son histoire sur un titre et mêle ses influences musicales à leur maloya novateur donnant lieu à de nouvelles formes de fusion, mais qui toujours mettent en lumière le respect des anciens, le vivre-ensemble et la ferme intention de ne pas se laisser enfermer dans une case.

Publicité

En concert :

Le 17 février au Solar à Saint-Etienne
Le 18 février Release party + René Lacaille Trio au Ninkasi à Lyon
Le 19 février Release Party à Paris dans le cadre du festival Au Fil des Voix au 360 Music Factory

À écouter aussi : Ti'Kaniki dévoile "Pil Bandé" une vidéo live de leur "Maloya à l'Opéra"

À écouter aussi : Trans Kabar illumine son maloya sur "Mazine La Mor"

À réécouter : Live à Fip : en direct de Rio Loco