Publicité

"Tomita" le voyage épique de Jaga Jazzist

Par
Jaga Jazzist clip de "Tomita" / Jengo
Jaga Jazzist clip de "Tomita" / Jengo

En prélude à la sortie de son album "Pyramid" la formation jazz norvégienne dévoile un deuxième titre cosmique accompagné d'un clip animé fantasmagorique signé Jengo.

Depuis plus de trente ans le collectif norvégien Jaga Jazzist s'invente un univers sonore singulier s'offrant sans cesse de nouveaux espaces à explorer dans sa vision synthétique et expérimentale d'un jazz cosmique aux confins des territoires électroniques, post-rock, psychédéliques ou trip-hop. Après avoir passé deux ans en studio pour graver leur précédent album Starfire, l'octuor du multi-instrumentiste Lars Horntveth revient pour son nouveau projet à ses amours premiers, l'improvisation et la création spontanée. Enregistré en seulement deux semaines, l'album Pyramid a été pensé comme une symphonie céleste et sortira le 28 août sur le label Brainfeeder, laboratoire californien de la scène jazz contemporaine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Après Spiral Era, le groupe vient de publier le titre Tomita, un clin d’oeil au pionnier japonais de la musique électronique Isao Tomita. Une symphonie surréaliste dont les claviers évanescents et la rythmique implacable ont inspiré le réalisateur Jengo qui délivre ici une oeuvre animée sublime et féérique inspirée par l'univers 3D des jeux vidéo comme par les grands dessinateurs de la SF des années 70. On pense inévitablement à Mœbius avec la course épique de cette silhouette masquée mystérieuse parcourant l'histoire antique dans un désert fantasmagorique au rythme soutenu du groove sidéral de ce titre.

Publicité
Jaga Jazzist / Photo Anthony P Huus
Jaga Jazzist / Photo Anthony P Huus

J'ai senti que cet album était une petite symphonie, chaque partie contenant ses propres pièces à explorer. Lars Horntveth

Le titre de ce neuvième album fait référence aux éléments constitutifs d'une pyramide et à la manière dont chacun des quatre titres s'emboîtent. Cette oeuvre écrite collectivement rend aussi hommage au groupe jazz 80s Out To Lunch, mais aussi au gourou norvégien du synthé Ståle Storløkken, tout en saluant les oeuvres récentes de Todd Terje, Tame Impala et Jon Hopkins.

Jaga Jazzist sera en concert le 9 octobre au Trabendo (Paris) tout comme Laurent Bardainne et son Tigre d'Eau Douce.

Jaga Jazzist album "Pyramid" / BRAINFEEDER / NINJA TUNE/
Jaga Jazzist album "Pyramid" / BRAINFEEDER / NINJA TUNE/

À écouter : "Starfire", le voyage intersidéral de Jaga Jazzist

À écouter : « Expatria », le spleen brésilien de Sly5thAve

À écouter : "Samâ" la transe soufie d'Anne Paceo